6 Mai 2012 : Abstention & BankRun

Le 22 Avril dernier, nous étions près de 10 millions à refuser de participer à la duperie nationale que convoquait l’oligarchie.

Rejetant cette parodie de démocratie, nous avions choisi purement et simplement de cesser d’y apporter notre caution.

Nous avions raison, puisque comme prévu – après un premier tour « Spectacle » – les deux candidats présents au second tour sont les deux candidats les plus crapuleux du lot de départ.

 Le 6 Mai prochain, sans aucune surprise, l’oligarchie prédatrice qui gangrène notre pays se trouvera reconduite, l’ensemble des institutions de cette « république » ayant été dévoyées dans ce but.

 Sarkozy, Hollande, deux candidats pour un parti : celui de la Banque et de l’Étranger.

Tout deux sont en effet inféodés aux marchés et à la finance, au sionisme et aux réseaux de pouvoir (maçonniques, industriels, européistes et atlantistes) : ils ne sont que les laquais serviles de leurs maîtres.

 La joute ancillaire à laquelle nous assistons relève d’une mise en scène cynique destinée à convaincre le citoyen lambda qu’il a le choix, que ce régime est une démocratie parce qu’on y vote.

 Le vote est une arme en effet : à condition que l’on en comprenne la portée et les implications.

Et surtout, que l’on comprenne que le refus de voter est un acte politique fort, et qu’il s’agit en l’occurrence du seul véritable positionnement alternatif : le choix n’est pas entre Hollande et Sarkozy (qui ne sont que les deux faces d’une même pièce), mais entre le vote et l’abstention, entre « cautionner » et « refuser ».

 Les évènements politiques, monétaires et financiers qui vont survenir dans les mois qui suivront ce scrutin vont précipiter l’Europe, et la France, dans un cycle infernal qui aboutira à des troubles d’une ampleur inégalée.

Face à la rue, un gouvernement – quelle que soit sa couleur politique – est toujours violent : la situation en Grèce nous le démontre tristement.

Et ce pouvoir tire sa légitimité de l’élection.

En votant, pensez-y : votre bulletin cautionnera peut-être le coup de matraque qui s’abattra sur votre visage émacié d’ici quelques mois…

 Le 6 Mai prochain, nous ne voterons pas.

Le pouvoir politique n’a aujourd’hui véritablement qu’une fonction : garantir les intérêts du pouvoir financier, en souscrivant à l’arnaque de la Dette, en l’accentuant.

C’est cette réalité qu’il convient de mettre en lumière, et c’est pourquoi le 6 Mai, nous appelons à l’abstention, et au BankRun.

 Notre abstention politique se doublera en effet d’un acte militant de riposte populaire au pouvoir bancaire : dans un élan commun, le jour de ce scrutin, nous irons retirer notre argent.

 Notre objectif sera clair : plutôt que de renforcer le pouvoir politique, nous irons affaiblir le système bancaire en le frappant à la source, ses réserves de liquidités – plus que limitées.

Ils nous veulent aux urnes, qu’on les remplisse ?

Ils nous trouveront devant les distributeurs, on les videra.

Vincent Vauclin

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 872 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :