Instituer la « règle d’or » : Abattre l’arbre des possibles

La « règle d’or », c’est quoi ? C’est le projet du gouvernement et de Nicolas Sarkozy d’inscrire dans la Constitution une obligation de limiter les déficits publics. Plus précisément, il s’agirait d’instituer des « lois-cadres d’équilibre des finances publiques », qui s’appliqueraient autant au budget de l’État qu’à celui de la Sécurité Sociale.

 Derrière tout un jargon technique volontairement obscur, ce projet est l’une des plus graves atteintes à la souveraineté de la France qui soit, puisqu’il s’agira ni plus ni moins que de soumettre constitutionnellement l’ensemble des politiques publiques à des impératifs d’équilibres budgétaires. C’est d’un cynisme incroyable : après avoir artificiellement endetté notre pays durant des décennies (cf. Loi du 3 Janvier 1973, relative à la privatisation de l’émission monétaire), l’oligarchie se sert désormais de cette Dette comme d’un prétexte pour instituer une règle constitutionnelle qui obligera tous les gouvernements à appliquer une politique de « rigueur » pour « régler la question de Dette ».

Et une politique de rigueur, aujourd’hui, c’est quoi ? C’est privatiser de façon débridée les entreprises publiques, c’est organiser une diminution des salaires, des prestations et de l’ensemble des acquis sociaux. Plus clairement encore, c’est livrer la France, pieds et mains liés par la Constitution, aux prédateurs de la Finance qui se feront un plaisir de racheter son patrimoine public, et ainsi de mettre en place une domination totale sur notre pays.

 Il s’agit clairement d’un putsch du cartel bancaire, organisé et soutenu par le gouvernement Fillon – Sarkozy. Après avoir « sauvé » les banques proches de la faillite en endettant la France, le gouvernement se sert de cette même Dette pour justifier l’institutionnalisation constitutionnelle d’une politique de rigueur, soit d’une politique intégralement soumise à la Banque. Cette trahison sans précédent condamne notre pays à la ruine et à la soumission à des élites aussi cupides que cyniques. C’est l’avènement d’une nouvelle féodalité, où les seigneuries d’antan, légitimées par le pouvoir royal et divin, abolies par la Révolution Française, se trouvent rétablies et remplacée par une nouvelle domination bancaire, mondialiste et apatride, dont les agences de notation sont les armes de prédilection.

 Instituer la règle d’or, c’est abattre l’arbre des possibles, et condamner la France à travailler pour la seule prospérité du cartel bancaire, troublant de fait l’ensemble des perspectives politiques alternatives. Instituer la règle d’or, c’est ériger « l’équilibre budgétaire » comme fondement de toute politique gouvernementale : c’est le triomphe de la Finance et de la Banque sur la Politique.

 Face à la domination bancaire et à ses auxiliaires gouvernementaux, la Dissidence Française propose un projet économique de redressement national, incluant notamment l’abrogation de la Loi du 3 Janvier 1973, la nationalisation du système bancaire et de l’émission monétaire. Il s’agit du préalable indispensable à toute politique alternative.

Afin de concrétiser notre engagement contre la Finance, contre cette règle inique et les politiques destructrices qu’elle véhicule, j’appelle à un nouveau « Bankrun », au niveau national, le 15 Septembre 2011, soit 3 ans jour pour jour après la faillite de la banque américaine Lehman Brothers…

Vincent Vauclin

Auteur : Dissidence Française

www.la-dissidence.org

20 commentaires

  1. Moi, quand je suis « dans le rouge » de quelques euros et pendant deux jours seulement, ma banque me facture 18 euros de frais, qu’elle me prélève dès que j’ai une rentrée d’argent.
    Les dirigeants de notre pays peuvent-ils continuer à présenter indéfiniment des budgets en déficit ? Un déficit, c’est une dette. Une dette doit être rémunérée et (au final) payée. (Si on conteste ce principe de rémunération et de paiement d’une dette, on ne trouve plus personne pour nous prêter de l’argent…).
    Pour payer la colossale dette du pays, il faudra donc bien arriver un jour à des budgets (au moins) en équilibre. Non ?

    A vivre au-dessus de ses moyens depuis si longtemps, il y aura certainement des temps difficiles… Et plus on repousse l’échéance, plus ce sera difficile.
    Règle d’or ou pas.

  2. réponse à « qui paye ses dettes » : ta remarque semble frappée au coin du bon sens, et pourtant…

    1/ Un hôpital, une autoroute, sont des projets ponctuels pour lesquels l’emprunt est justifié

    2/ un bouclier fiscal ou un allègement de l’ISF favorisent la concentration du pouvoir de l’argent et doivent être financés. Si c’est par la dette, c’est une catastrophe.

    Il y a dette et dette

    3/ rémunérer un prêt ? à voir… la BCE « prête » aux banques à 1% qui « prêtent » aux pays à 4% (voire bien plus quand ceux-ci sont l’objet d’une attaque des agences de notations) et quand le pays est au bord de ne plus pouvoir payer, la BCE rachète auprès des mêmes banques cette dette qui risque de plomber la banque rapace si elle est dénoncée. La BCE rachète (intérêts inclus) son propre prêt.

    « Qui paie ses dettes s’enrichit » est le slogan favori de « ma tante » (surnom du mont de piété, qui porte si mal son nom officiel)

    je t’en propose un autre :
    « il n’est pire prédateur que le généreux prêteur »

    4/ dette française ? 85 % du PIB (si critiquable soit cet indicateur). Mais on compare la dette remboursable sur une moyenne de 7 ans avec un revenu annuel. Tu vois l’arnaque ? La proportion de la dette ramenée au volume de richesse sur la période considérée (7 ans doc) tombe à 12 %
    Où est le problème ?

    et tant d’autres arguments, peut-être un peu moins immédiats, mais au final il faut se méfier des « arguments intuitifs de comptoir de commerce »

  3. Bonjour,

    Je suis arrivé ici par « Alter Info » alors que je cherchais des informations sur les coptes d’Egypte.

    Et j’ai tout comme l’impression que je vais beaucoup apprendre sur les blocages de notre pays, sur la désinformation, et sur les moyens de rétablir de la prudence et de la tempérance dans ce monde d’excès.

    D’abord, un message spécial pour jaluit.

    Ah, jaluit, comme votre discours est beau.

    Vous écrivez :

    « 1/ Un hôpital, une autoroute, sont des projets ponctuels pour lesquels l’emprunt est justifié ».

    Si vous pensiez à une justification pratique, puis-je vous inviter à considérer la réalité des chiffres ? Les dépenses publiques se mesurent en France en centaines de milliards d’€, et c’est la puissance publique qui a la main sur la création de monnaie ( il se trouve en effet que l’Euro n’est pas une monnaie privée…), dont la masse se mesure en milliers de millards d’€.

    Le prix d’un hôpital ou d’une autoroute (construits tous les deux par des sociétés privées sous forme de concession ou de commande directe) se mesure quant à lui en dizaines de millions d’€.

    Emprunter pour ces équipements est aussi intelligent que d’aller voir sa banque pour emprunter 15 centimes, voire 1,5 centimes pour vos dépenses personnelles, si vous avec un revenu de 1500 €.

    Par votre affirmation, vous montrez que vous répétez avec servilité ce que vous avez lu ou entendu, et vous montrez aussi que vous faites l’économie du passage par vos fonctions intellectuelles supérieures.

    Bien sûr, je ne vous en veux pas, car 99% du corps électoral fait de même.

    Le 1% vous salue, et espère que vous le rejoigniez un jour.

    Bien cordialement.

  4. Vous avez tout a fait raison. Il faut juste ajouter l’appropriation des biens privés comme ceux des agriculteurs qui ont été forcé à l’endettement en leur faisant espérer une meilleure productivité, cela se solde pour beaucoup d’entre eux par la saisie de leurs terres de familles avec le choix de l’exode vers les banlieues et le RSA ou le suicide. C’est aussi, l’appropriation des biens du pays par l’argent sale de la drogue, des trafics d’armes, qui font flamber l’immobilier rendant l’achat de logement impossible par les salaires en baisses des résidents honnêtes du pays, cela grâce à l’ouverture de nos frontières voulues par la finance.
    En savoir plus : http://trafic-justice.com/sitenet0/banque/esclavage.htm
    René

  5. à jaluit :
    J’entends bien tes remarques, même si certaines me semblent critiquables :

    « 1/ Un hôpital, une autoroute, sont des projets ponctuels pour lesquels l’emprunt est justifié »
    Oui… si le remboursement de l’emprunt est assuré par des économies (d’échelle, de fonctionnement, etc.) ou par des recettes nouvelles (cas des concessions autoroutières justement).

    « La BCE rachète (intérêts inclus) son propre prêt. »
    Et la BCE ne comprend pas qu’il serait plus utile de prêter directement aux états ? Ah non, car elle leur prêterait surement à 4% car le risque de défaut de paiement d’un état constamment en déficit doit être plus élevé qu’avec une banque « privée » qui fait des bénéfices.

    « il n’est pire prédateur que le généreux prêteur »
    Ca rejoint un peu ma façon de penser « en bon père de famille » :
    Je veux me payer telle chose ? J’économise puis je me l’achète. Je ne fais pas un emprunt.
    😉

    L’essentiel de mon propos initial n’était pas sur l’utilité d’un déficit ponctuel (mon compte bancaire a été – de très peu – dans le rouge récemment, arg.), mais sur la persévérance et l’opiniâtreté dont font preuve « nos dirigeants » pour présenter des budgets constamment en déficit depuis… presque mon âge !
    Si j’étais un prêteur à l’état français ou une agence de notation (dont j’ai du mal à admettre qu’elles fassent la pluie ou le beau temps sur les marchés financiers, soit dit en passant), pour sûr que j’aurais des doutes sur les capacités de l’état français à faire face à ses échéances.

    Pour conclure,
    OUI, je suis d’accord avec l’article que la règle d’or est ridicule et inutile.
    Mais (dans le contexte de plus de 30 années sans budget positif et des incessantes revendications partisanes à coups d' »acquis sociaux » et d' »état-providence »), si elle permet de faire prendre conscience à « nos dirigeants » et à nos concitoyens qu’il faut arrêter de vivre au-dessus de ses moyens, alors non, elle n’est pas ridicule et inutile, elle est INDISPENSABLE !

    à l’auteur de l’article :
    D’où tenez-vous l’info « Après avoir « sauvé » les banques proches de la faillite en endettant la France » ? J’ai toujours entendu dire que l’état avait PRETE aux banques ? (et que ces prêts avaient été remboursés; d’ailleurs)

  6. Ceux qui détiennent le fric et les pouvoirs ont fait sauter les frontières, ils ont maintenant la capacité d’exploiter les chinois, les indiens, les brésiliens… ils peuvent utiliser les paradis fiscaux.. ils ont choisi pour nous nos élus en finançant leur campagne électorale,… ils n’ont plus rien à cirer de la France et des autres pays qui étaient leurs sources de profit.
    Alors à votre avis quelles est la solution qu’il nous reste pour reprendre le contrôle de nos institutions, de nos terres, de nos usines… ?
    Certains vous diront qu’ils faut travailler plus au prix du salaire du chinois !
    René 0613845996
    Davantage : http://www.trafic-justice.com/sitenet0/banque/esclavage.htm

  7. « Mais (dans le contexte de plus de 30 années sans budget positif et des incessantes revendications partisanes à coups d’ »acquis sociaux » et d’ »état-providence »), si elle permet de faire prendre conscience à « nos dirigeants » et à nos concitoyens qu’il faut arrêter de vivre au-dessus de ses moyens, alors non, elle n’est pas ridicule et inutile, elle est INDISPENSABLE ! »

    Sans m’énerver (parce que lire des âneries pareilles…) je me permets juste de vous faire remarquer que les déficits sont creusés par les ristournes fiscales ( 2 milliards d’€ de manque à gagner juste avec la dernière réforme ), les années de guerre en Afghanistan et en Lybie, les pertes de recettes engendrées par des privatisations hasardeuses (autoroutes par exemple). Vos explications sont celles qui nous sont livrées par ceux qui nous affament, et le fait de considérer que l’esclavage induit par cette règle d’or soit la seule solution possible dénote un manque de lecture autres que le Figaro ou Valeur Actuelle….

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s