René Guénon : « Le symbolisme du Graal »

Le Saint Graal, par Dante Gabriel Rossetti
Le Saint Graal, par Dante Gabriel Rossetti

Nous faisions allusion tout à l’heure aux « Chevaliers de la Table Ronde »; il ne sera pas hors de propos d’indiquer ici ce que signifie la « queste du Graal », qui, dans les légendes d’origine celtique, est présentée comme leur fonction principale. Dans toutes les traditions, il est fait ainsi allusion à quelque chose qui, à partir d’une certaine époque, aurait été perdu ou caché: c’est, par exemple, le Soma des Hindous ou le Haoma des Perses, le « breuvage d’immortalité », qui, précisément, a un rapport fort direct avec le Graal, puisque celui-ci est, dit-on, le vase sacré qui contient le sang du Christ, lequel est aussi le « breuvage d’immortalité ». Ailleurs, le symbolisme est différent: ainsi, chez les Juifs, ce qui est perdu, c’est la prononciation du grand Nom divin [01]; mais l’idée fondamentale est toujours la même, et nous verrons plus loin à quoi elle correspond exactement.

Le Saint-Graal est, dit-on, la coupe qui servit à la Cène, et où Joseph d’Arimathie recueillit ensuite le sang et l’eau qui s’échappaient de la blessure ouverte au flanc du Christ par la lance du centurion Longin. Cette coupe aurait été, d’après la légende, transportée en Grande-Bretagne par Joseph d’Arimathie lui-même et Nicodème [02]; et il faut voir là l’indication d’un lien établi entre la tradition celtique et le Christianisme. La coupe, en effet, joue un rôle fort important dans la plupart des traditions antiques, et sans doute en était-il ainsi notamment chez les Celtes; il est même à remarquer qu’elle est fréquemment associée à la lance, ces deux symboles étant alors en quelque sorte complémentaires l’un de l’autre; mais ceci nous éloignerait de notre sujet [03].

Ce qui montre peut-être le plus nettement la signification essentielle du Graal, c’est ce qui est dit de son origine: cette coupe aurait été taillée par les Anges dans une émeraude tombée du front de Lucifer lors de sa chute. Cette émeraude rappelle d’une façon très frappante l’urnâ, la perle frontale qui, dans le symbolisme hindou (d’où elle est passée dans le Bouddhisme), tient souvent la place du troisième œil de Shiva, représentant ce qu’on peut appeler le « sens de l’éternité », ainsi que nous l’avons déjà expliqué ailleurs. Du reste, il est dit ensuite que le Graal fut confié à Adam dans le Paradis terrestre, mais que, lors de sa chute, Adam le perdit à son tour, car il ne put l’emporter avec lui lorsqu’il fut chassé de l’Eden; et, avec la signification que nous venons d’indiquer, cela devient fort clair. En effet, l’homme, écarté de son centre originel, se trouvait dès lors enfermé dans la sphère temporelle; il ne pouvait plus rejoindre le point unique d’où toutes choses sont contemplées sous l’aspect de l’éternité. En d’autres termes, la possession du « sens de l’éternité » est liée à ce que toutes les traditions nomment, comme nous l’avons rappelé plus haut, l’« état primordial », dont la restauration constitue le premier stade de la véritable initiation, étant la condition préalable de la conquête effective des états « suprahumains ». Le Paradis terrestre, d’ailleurs, représente proprement le « Centre du Monde »; et ce que nous dirons dans la suite, sur le sens originel du mot Paradis, pourra le faire mieux comprendre encore.

Ce qui suit peut sembler plus énigmatique: Seth obtint de rentrer dans le Paradis terrestre et put ainsi recouvrer le précieux vase; or le nom de Seth exprime les idées de fondement et de stabilité, et, par suite, il indique en quelque façon la restauration de l’ordre primordial détruit par la chute de l’homme [04]. On doit donc comprendre que Seth et ceux qui après lui possédèrent le Graal purent par là même établir un centre spirituel destiné à remplacer le Paradis perdu, et qui était comme une image de celui-ci; et alors cette possession du Graal représente la conservation intégrale de la tradition primordiale dans un tel centre spirituel. La légende, d’ailleurs, ne dit pas où ni par qui le Graal fut conservé jusqu’à l’époque du Christ; mais l’origine celtique qu’on lui reconnaît doit sans doute laisser entendre que les Druides y eurent une part et doivent être comptés parmi les conservateurs réguliers de la tradition primordiale.

La perte du Graal, ou de quelqu’un de ses équivalents symboliques, c’est en somme la perte de la tradition avec tout ce que celle-ci comporte; à vrai dire, d’ailleurs, cette tradition est plutôt cachée que perdue, ou du moins elle ne peut être perdue que pour certains centres secondaires, lorsque ceux-ci cessent d’être en relation directe avec le centre suprême. Quant à ce dernier, il garde toujours intact le dépôt de la tradition, et il n’est pas affecté par les changements qui surviennent dans le monde extérieur; c’est ainsi que, suivant divers Pères de l’Eglise, et notamment saint Augustin, le déluge n’a pu atteindre le Paradis terrestre, qui est « l’habitation d’Hénoch et la Terre des Saints [05] », et dont le sommet « touche la sphère lunaire », c’est-à-dire se trouve au-delà du domaine du changement (identifié au « monde sublunaire »), au point de communication de la Terre et des Cieux [06] . Mais, de même que le Paradis terrestre est devenu inaccessible, le centre suprême, qui est au fond la même chose, peut, au cours d’une certaine période, n’être pas manifesté extérieurement, et alors on peut dire que la tradition est perdue pour l’ensemble de l’humanité, car elle n’est conservée que dans certains centres rigoureusement fermés, et la masse des hommes n’y participe plus d’une façon consciente et effective, contrairement à ce qui avait lieu dans l’état originel [07], telle est précisément la condition de l’époque actuelle, dont le début remonte d’ailleurs bien au delà de ce qui est accessible à l’histoire ordinaire et « profane ». La perte de la tradition peut donc, suivant les cas, être entendue dans ce sens général, ou bien être rapportée à l’obscuration du centre spirituel qui régissait plus ou moins invisiblement les destinées d’un peuple particulier ou d’une civilisation déterminée; il faut donc, chaque fois qu’on rencontre un symbolisme qui s’y rapporte, examiner s’il doit être interprété dans l’un ou l’autre sens.

D’après ce que nous venons de dire, le Graal représente en même temps deux choses qui sont étroitement solidaires l’une de l’autre: celui qui possède intégralement la « tradition primordiale », qui est parvenu au degré de connaissance effective qu’implique essentiellement cette possession, est en effet, par là même, réintégré dans la plénitude de l’« état primordial ». A ces deux choses, « état primordial » et « tradition primordiale », se rapporte le double sens qui est inhérent au mot Graal lui-même, car, par une de ces assimilations verbales qui jouent souvent dans le symbolisme un rôle non négligeable, et qui ont d’ailleurs des raisons beaucoup plus profondes qu’on ne se l’imaginerait à première vue, le Graal est à la fois un vase (grasale) et un livre (gradale ou graduale), ce dernier aspect désigne manifestement la tradition, tandis que l’autre concerne plus directement l’état lui-même.

Nous n’avons pas l’intention d’entrer ici dans les détails secondaires de la légende du Saint-Graal, bien qu’ils aient tous aussi une valeur symbolique, ni de suivre l’histoire des « Chevaliers de la Table Ronde » et de leurs exploits; nous rappellerons seulement que la « Table Ronde », construite par le roi Arthur sur les plans de Merlin, était destinée à recevoir le Graal lorsqu’un des Chevaliers serait parvenu à le conquérir et l’aurait apporté de Grande-Bretagne en Armorique. Cette table est encore un symbole vraisemblablement très ancien, un de ceux qui furent toujours associés à l’idée des centres spirituels, conservateurs de la tradition; la forme circulaire de la table est d’ailleurs liée formelement au cycle zodiacal par la présence autour d’elle de douze personnages principaux [08], particularité qui, comme nous le disions précédemment, se retrouve dans la constitution de tous les centres dont il s’agit.

Il y a encore un symbole qui se rattache à un autre aspect de la légende du Graal, et qui mérite une attention spéciale: c’est celui de Montsalvat (littéralement « Mont du Salut »), le pic situé « aux bords lointains dont nul mortel n’approche », représenté comme se dressant au milieu de la mer, dans une région inaccessible, et derrière lequel se lève le Soleil. C’est à la fois l’« île sacrée » et la « montagne polaire », deux symboles équivalents dont nous encore à reparler dans la suite de cette étude; c’est la « Terre d’immortalité », qui s’identifie naturellement au Paradis terrestre. Pour en revenir au Graal lui-même, il est facile de se rendre compte que sa signification première est au fond la même que celle qu’a généralement le vase sacré partout où il se rencontre, et qu’à notamment, en Orient, la coupe sacrificielle contenant originairement, comme nous l’indiquons plus haut, le Soma védique ou le Haoma mazdéen, c’est-à-dire le « breuvage d’immortalité » qui confère ou restitue, à ceux qui le reçoivent avec les dispositions requises, le « sens de l’éternité ».

Notes :

[01] : Nous rappellerons aussi, à cet égard, la « Parole perdue » de la Maçonnerie, qui symbolise pareillement les secrets de l’initiation véritable; la « recherche de la Parole perdue » n’est donc qu’une autre forme de la « queste du Graal ». Ceci justifie la relation signalée par l’historien Henri Martin entre la « Massenie du Saint-Graal » et la Maçonnerie; et les explicaitons que nous donnons ici permettront de comprendre ce que nous disions, à ce propos, de la connexion très étroite qui existe entre le symbolisme même du Graal et le « centre commun » de toutes les organisations initiatiques.

[02] : Ces deux personnages représentent ici respectivement le pouvoir royal et le pouvoir sacerdotal; il en est de même d’Arthur et de Merlin dans l’institution de la « Table Ronde ».

[03] : Nous dirons seulement que le symbolisme de la lance est souvent en rapport avec l’« Axe du Monde »; à cet égard, le sang qui dégoutte de la lance a la même signification que la rosée qui émane de l’« Arbre de Vie »; on sait d’ailleurs que toutes les traditions sont unanimes à affirmer que le principe vital est intimement lié au sang.

[04] : Il est dit que Seth demeura quarante ans dans le Paradis terrestre; ce nombre 40 a aussi un sens de « réconciliation » ou de « retour au principe ». Les périodes mesurées par ce nombre se rencontrent très souvent dans la tradition judéo-chrétienne: rappelons les quarante jours du déluge, les quarante ans pendant lesquels les Israélites errèrent dans le désert, les quarante jours que Moïse passa sur le Sinaï, les quarante jours de jeûne du Christ.

[05] : « Et Hénoch marcha avec Dieu, et il ne parut plus (dans le monde visible ou extérieur), car Dieu le prit » (Genèse, V, 24).

[06] : « Ceci est conforme au symbolisme employé par Dante, situant le Paradis terrestre au sommet de la montagne du Purgatoire, qui s’identifie chez lui à la « montagne polaire » de toutes les traditions.

[07] : La tradition hindoue enseigne qu’il n’y avait à l’origine qu’une seule caste, qui était appelée Hamsa; cela signifie que tous les hommes possédaient alors normalement et spontanément le degré spirituel qui est désigné par ce nom, et qui est au delà de la distinction des quatre castes actuelles.

[08] : Les « Chevaliers de la Table Ronde » sont parfois au nombre de cinquante (qui était, chez les Hébreux, le nombre du Jubilé, et qui se rapporte aussi au « règne du Saint-Esprit »); mais même alors, il y en a toujours douze qui jouent un rôle prépondérent. – Rappelons aussi, à ce propos, les douze pairs de Charlemagne dans d’autres récits légendaires du moyen âge.

René Guénon, dans « Le Roi du Monde » – 1927

« Les figures du mythe et de la légende ne seraient, pense-t-on, que les sublimations abstraites de figures historiques, qui ont fini par prendre la place de ces dernières et par valoir en soi et pour soi d’une manière mythologique et fantastique. Or, c’est exactement le contraire qui est vrai, à savoir qu’il existe des réalités d’un ordre supérieur, métaphysique, diversement suggérées par le symbole ou par le mythe. Il peut arriver que, dans l’histoire, des structures ou des personnalités déterminées incarnent, dans -une certaine mesure, ces réalités. »

Julius Evola

Auteur : Dissidence Française

www.la-dissidence.org

6 commentaires

  1. lisez l’énigme sacré il y autre autre version symbolique au Graal,la lignée mérovingienne,le sang sacré,(sang bleu:gina’abul) de par la mère de Mérovée, enceinte du Roi Clodio (elle:origine de la tribut du roi david,Saül,bref Binjamite fuyant se réfugiant en France,en passant par le Rhin,) en chemin elle aurait été saillie par une créature venu d’au dela des mers,(à vous d’étudier de quoi il est possible que cette créature soit)donnant merové base de la ligné qui ne s’arrêta pas à dagaubert 2,mais se poursuivit par childeric.
    Aujourd’hui cette lignée reste d’actualité,aidé par le prieuré de Sion.
    Les plus hautes familles tendent toujours à perpetuer cette lignée génétique.

    1. Le sens du Graal n.a strictement rien a voir avec une quelconque lignée mérovingienne . Le graal n’existe qu’au moment des croisades, je pense que vous prenez reference à certaines littératures du sang réal c’est du Rabelais . La corrélation entre graal et croisades et la seule vérité de l’énigme sacrée le reste n’etant fondé sur rien, du bidon. Ce n’est pas le sang qui coulait du Graal c.est une lumière kabbaliste sorte d’ascension spirituelle d’une force divine portée par l’échelle de Jacob. Travaillez la Kabbale , Chrétien de Troyes était un juif devenu chrétien et un kabbaliste de pure souche. Rennes est un endroit terrible pour la religion ce n’est pas une quelconque lignée mérovingienne qui débuta au Razes c’est bien plus problématique et hélas inexplicable . Que Jésus fut marié pourquoi pas , c’est plus profond.
      Kabbale est une voie de lumière le sang estceluibde la Torah.
      Bien à vous.

  2. Il faut avouer que l’on s’y perd, il y a tellement de versions et de sens que l’on pourrait donner au Graal, à ce propos, je me suis permis de recopier ici un extrait de l’excellent livre de Laurence Gardner, historien spécialiste de l’art et des Écritures « Le Graal et la lignée royale du Christ ». Le Christ aurait eu des descendants qui existeraient toujours aujourd’hui, et ceci est une des explications du saint Graal ou Sang Royal sur le plan dynastique.

    … « Le Saint Graal est en premier lieu un thème littéraire du moyen Âge, né d’une série d’interprétations erronées de l’Ecriture. A l’origine, il porte le nom de San Gral ou Sangréal.
    Jadis, l’ordre du Sangréal, auquel appartenaient les Stewart, rois d’Ecosse, était allié à l’ordre Européen du Royaume de Sion, qui existait dans les autres pays européens. Dans les deux cas, les chevaliers se réclamaient du Sangréal, lequel défini, ce qu’est vraiment le Sang Royal, ou Sang Réal de Juda, à savoir la lignée du Saint Graal.
    En dehors de cette signification proprement dynastique, qui l’inscrit dans la réalité concrète, le saint Graal revêt une dimension spirituelle présente en de multiples objets, dont le plus connu est le calice qui contient, ou a contenu, le sang du Christ. Le Graal est aussi représenté sous la forme d’une vigne chargée de raisin, avec lequel on fait du vin. Cette symbolique de la vigne coïncide avec celle du ciboire, puisqu’on a longtemps identifié le vin et le sang du Christ. On se trouve là au cœur même du sacrement de l’eucharistie (ou sainte communion), le sang éternel du Graal évoquant la persistance de la lignée du Messie.

    Dans le langage ésotérique propre à la tradition du Graal, le calice et la vigne renvoient à l’idée de service, alors que le sang et le vin correspondent à celle d’accomplissement. La quête spirituelle du Graal désigne par conséquent le désir de se réaliser en se mettant au service d’autrui, qui de son côté agit de même envers nous. Ce que l’on appelle le code du Graal fonctionne ainsi comme une allégorie de la condition humaine, dans la mesure où nous faisons tous la démarche de servir, et par-là même de nous accomplir.

    Ce n’est pas par hasard si depuis le Moyen Âge la devise des princes de Galles est : « Ich dien » ((Je sers) La devise est en allemand, car la famille royale anglaise, d’origine allemande, s’appelait maison de Hanovre-Saxe-Cobourg-Gotha jusqu’en 1917, date à laquelle elle a pris le nom de Windsor, en raison de la guerre avec l’Allemagne) , formule inspirée par le code du Graal et datant de l’époque de la chevalerie. D’où l’importance que leurs successeurs, montés sur le trône par voie dynastique ou par élection, défendent l’idée de service. Toute la question est alors de savoir si ces monarques se sont effectivement mis au service de leurs semblables.

    Quel rapport avec le Graal ? Eh bien, nous voilà en plein dans le vif du sujet ! Le Graal a maints visages et possède une multitude d’attributs. Mais sous une forme ou une autre, la quête du Graal obéit au désir de se réaliser et elle désigne précisément cette démarche qui doit nous aider à nous en sortir, tous autant que nous sommes, car elle permet à chacun de s’accomplir dans l’harmonie, quel que soit son sexe, son âge et sa place dans la société.
    Qui sont donc les gens que sert le Graal ? Tout simplement ceux qui n’hésitent pas à entreprendre une telle démarche, car ils s’avancent vers la lumière.

    Laurence Gardner, historien spécialiste de l’art et des Écritures « Le Graal et la lignée royale du Christ »

    1. Le Graal venu ICI, le quête est l’anagramme de La Vraie Langue Celtique. Ceci ne fait pas du graal une vérité. pour Boudet ce fut une invention liée à un mot le pouvoir. Il accorde au Graal une seule vérité la lumière. Ce fut pour lui un regret lié non pas au Graal mais à sa réelle représentation . Il a été impossible vers 1215 de christianiser une découverte remontant à la résurrection car le monde chrétien n’existait pas. C’est Robert de Boron qui ne pouvait accomplir cette tâche, il déforma l’evangilebde Nicodeme de 40 jours durée de la Résurrection en 40 ans, les juifs l’avaient conservé en 33 la nation juive disparaissait. Latran IV porte cette veritê, les juifs en 1215 ont porté l’anathème de cette conservation durant 2000 ans. L’objet de cette conservation est le secret de Rennes, et Boudet écrivit.
      Amitiés

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s