DCRIIl y a quelques semaines, l’un de nos militants reçoit un courrier. Il est convoqué au commissariat de son secteur pour une raison inconnue. Des agents se présentant de la DCRI (Direction Centrale du Renseignement Intérieur, ex-RG), entreprennent de le questionner. Un grand meeting d’un parti parlementaire se tient quelques semaines plus tard, et ils cherchent à connaître nos intentions. Suite à nos diverses actions, ils tentent également l’intimidation, faisant référence à d’éventuelles poursuites pénales qui, en l’occurrence, étaient tout simplement improbables (la Dissidence Française se tenant toujours sur le terrain de la légalité).

Les manières courtoises de ces agents dissimulent mal la pression psychologique dont il se font les instruments. Ainsi avertissent-ils notre camarade des tensions croissantes, face auxquelles ils disent ne pouvoir rien faire, entre « extrême-droite » et « extrême-gauche ». Jusqu’ici, nous n’avions jamais eu de problème particulier. Pourtant, l’agression qui nous a visé ce dimanche fait écho à ces avertissements, et nous amène à un constat clair : nous sommes désormais dans la ligne de mire du Système, et c’est pourquoi il nous importe de rendre publics ces éléments. Chacun devra assumer ses responsabilités.

Environ 6 mois plus tôt, l’un de nos cadres était également contacté par deux individus se disant des « services ». Cette fois, ces derniers proposèrent à notre camarade de les renseigner sur nos activités. En vain, évidemment, puisque c’est nous qui vous renseignons aujourd’hui sur les leurs.

Nous tenons à rappeler une nouvelle fois que nous condamnons toute forme de violence horizontale, en particulier parce qu’il est désormais manifeste que cette violence sert avant tout le pouvoir oligarchique, comme le démontre tristement les idiots utiles « antifascistes ». Nous précisons par ailleurs aux « services » que l’ensemble de leurs tentatives sont vaines : nos militants sont animés d’une volonté bien supérieure à toutes les promesses matérialistes que la « république » pourrait offrir en échange de leur désertion.

Ajoutons enfin que si la fidélité de nos militants ne peut être mise en doute, nous avons de bonnes raisons de penser qu’à la DCRI, les loyautés sont plus que jamais mises à l’épreuve, et que des dissidents émergent en silence là-bas aussi… Bluff pensez-vous ? Qui sait.

  • Conseil de lecture : 

livre_putsch

sep2

Rédigé par Dissidence Française

www.la-dissidence.org

1 commentaire

  1. adhérent UPR j’ai moi aussi été  » contacté » par la D CRI ( 2 agents avec de la bouteille apparemment des vieux de la vieille quoi! ) sont venus sur mon lieu de travail ( je suis indépendant ) pour discuter deux heures au moins. La discutions s’est inversée lorsqu’un des deux m’a dit que le « pingouin » « ne finira pas son mandat, on fait tout pour » …. Deux semaines plus tard j’apprenais que le dossier cahu avait mis en avant parce que certains D cri et la grande muette ne supportent plus d’être paupérisés .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s