centrafrique_soldat

Deux mille militaires français sont déployés en République centrafricaine dans le cadre de l’opération Sangaris lancée le 5 décembre dernier.  Des soldats qui sont de plus en plus nombreux à faire remonter des récits parfois sidérants sur leurs conditions de vie et l’état de leur matériel sur place. C’est sur Internet que ces militaires font entendre leur grogne.

Ils ont un devoir de réserve. Les militaires se confient donc anonymement à des tiers : souvent leur femmes ou leurs mères. Qui rédigent et publient leurs récits. Sur des forums, des blogs, on lit des témoignages comme celui-ci : « On circule dans des véhicules sans blindage dans des zones pourtant sensibles. Alors on fait avec les moyens du bord : on prend des gilets pare-balles et on les déplie sur les portières en guise de protection. A l’arrière, là, on met des sacs de sable pour arrêter les balles.« 

Caroline, 50 ans, alimente la principale page Facebook où sont collectés ces témoignages anonymes de soldats. Caroline a ses deux fils à Bangui. Ce qui la préoccupe sans doute le plus : les véhicules blindés très fatigués qui tombent très régulièrement en panne.

« Nos garçons racontent qu’ils doivent frapper très fort le démarreur avec une barre de fer pour essayer de faire repartir ces VAB, (véhicules de l’avant blindé). Quelquefois, cela fonctionne. Quelquefois pas. Et il faut espérer qu’à ce moment-là, ils ne soient pas pris pour cible par des insurgés. On sait que les mécanos commandent souvent des pièces qui n’arrivent jamais. Car ce sont des modèles de pièces épuisés ou parce que tout simplement, il n’y a pas l’argent. Mes fils me disent parfois qu’ils ont le sentiment qu’un jour on finira par leur demander d’aller au front avec un bâton », s’emporte la maman inquiète.

Quelque 56 cas de paludisme

Les pannes de véhicules blindés, quasi tous les reporters qui ont été embarqués – ne serait-ce qu’un jour ou deux – avec les militaires en Centrafrique en ont été témoins, que ce soit à Bangui ou dans la brousse.

Comme la majorité des soldats qui témoignent, les fils de Caroline parlent aussi des difficiles conditions de vie sur leur base : les douches insuffisantes, les problèmes d’évacuation d’eau, les nuits sous des tentes sans climatisation et sans moustiquaires. Ce sont 56 soldats français qui auraient attrapé le paludisme ces deux derniers mois en Centrafrique.

« Dès son arrivée, voyant qu’il devait dormir sous la tente sans climatisation, mon fils a fait comme quantité de soldats là-bas. Il est allé au marché de Bangui et il s’est acheté son propre ventilateur pour que ses nuits soient plus supportables. Il l’a payé avec son propre argent. C’est le cas d’ailleurs aussi pour beaucoup de ses affaires : son gilet à poches, ses chaussures, son sac à dos. Tous ces équipements-là, il les a achetés sur Internet ou dans des boutiques spécialisées en France. Car les équipements qui leur sont fournis par l’armée sont de mauvaise qualité. Ces sont des ‘premiers prix’, les coutures cèdent, les semelles se décollent, ça n’est pas fiable pour une mission de plusieurs mois à l’étranger », confie Caroline. On se souvient aussi de la polémique sur les chaussures dont les semelles fondaient au contact du sol au nord Mali.

Source : France Info

sep2

Conseil de lecture : 

livre_putsch

Rédigé par Dissidence Française

www.la-dissidence.org

(3 commentaires)

  1. Je lis ce commentaire et je nen suis guère surpris. De nombreux fils ont participé au conflit en Afghanistan. Il leur a fallu débourser près de 2000 euros d’achat parfois en matériels et autres sans compter les très nombreux colis que nous faisions partir. Aujourd’hui encore des colis partent régulièrement sur Bangui car nous parents sommes toujours là, certes de manière anonyme (nos fils ne sont pas à l’abri d’un vol bleu)mais toujours présents. Les films, les photos, les vérités nous les avons. Les gouvernements, gauche ou droite en ont absolument R.A.F. Oui nous parents continueront d’être un contre pouvoir à ces généraux et aux différents ministres en place et au pouvoir. Au XXIème siècle c’est intolérable ce type de situation. On es passé de la « France à Fric » à la « France sans Fric » et sans fierté. Peut-être même que certains pays d’Afrique pourraient nous aider financièrement!….

  2. Savez-vous pourquoi je ne respecte plus la ( F )rance et pourquoi je milite pour l’intégration des deux Savoie à la Genève ? Non ? Et bien relisez cet article puis visionnez cette vidéo ci:

    Non? Vous ne comprenez toujours pas ? Et bien pensez à manger du poisson le vendredi: c’est bon pour ce que vous n’avez pas !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s