drapeau ecosse

Axe la Menace

Menacer de moins où il n’y a plus, menacer les régions souveraines d’être ensevelies par le mondialisme où il est partout triomphant, et où depuis longtemps les rois sont nus, quand elles reprennent le chemin de leur indépendance, c’est menacer lasubstance des peuples, c’est contrarier un instinct supra-humain, c’est faire barrage à des troupes qui rentrent dans leurs foyers, c’est s’allier à la subversion souterraine des rats parvenus qui remontent à la surface et qui viennent parler aux tenaces témoins de temps révolus.

Écosser les graines d’Albion, perfides graines de Sion, vos « Si », vos « Mais » même vos « Selon », imprécations de singes de salon, accusant l’écossage de décortiquer, de séparer le bon grain de l’ivraie, accusant la liberté de se libérer, prévenant, conseillant, menaçant l’écosseur s’il retrouve la cosse, menaçant la cosse d’aller à l’écosseur.

Le Souverainisme républicain est dans l’état de sa Nation. Condescendant. Attendre l’extrême-onction de sa Libération pour s’autoriser à se libérer soi-même et selon les nouvelles règles libérales-libertaires de la véritable démocratie, attendre l’accomplissement et l’assentiment de sa 6ème version et les nouvelles conceptions de sa Liberté, de son Égalité et de sa Fraternité vers plus de démocratie laïque pour moins de rébellion métaphysique.

République universelle donneuse de leçons, qui a été la plus cruelle et insatiable dévoreuse de nos belles régions ? LesPatriotes de l’arc républicain démocratique et laïque viennent expliquer une nouvelle fois aux peuples qu’elle doit être leur Raison, « Quelle diable liesse ! Irraisonnable évasion…

Alors qu’il y a encore des bouts de chouans entre les dents de saTerreur, la République jacobine, mondialisme avant l’heure, aujourd’hui globalisée, organe de propagande du Libéralisme triomphant, du statu-quo imposé par son Hégémonie représentative en mouvement de repolarisation interne, deréorganisation ordonnatrice par le chaos de ses systèmes paradigmatiques, et la Dissidence, son néo-souverainisme anti-Europeronron synthétique et numérique, appris tièdement par-cœur, convergent étrangement vers la même défaite, pour définitivement étouffer l’Europe européenne et sa puissance potentielle venant du cœur de la Nuit des régions, avec des « arguments », certes, différents, mais qui menacent et étouffent du même allant en son râle…

Principe et Régime

Ils oublient de dire les mêmes choses, des choses essentielles, élémentaires, primordiales, comme, par exemple, le fait de dire que, en effet, un régime et ses institutions sont un décorum et deslogistiques organisationnelles au service de principes philosophiques et politiques – qui orientent la politique économique, la stratégie géopolitique, mais le régime ne peut se suffire à lui-même et se substituer aux principes – incarnés par des hommes et articulés par une dialectique dominante qui impose sesprincipes et dont les régimes et les institutions représentatives ne sont que des « représentations fractales » (et leur « révolution » ne peut être qu’un avatar conforme à la forme des « représentations fractales » du « système » sans ne jamais sortir du cadre desoppositions nécessaires à son bon fonctionnement si les valeurs, principes et fondamentaux en mouvement et en acte dans les groupes politiques et dans les gestes théoriques, pratiques et critiques de leurs militants, ne s’opposent pas radicalement etconcrètement à la philosophie et la métaphysique de cette dialectique dominante et systémique en mouvement d’uniformisation).

Ils oublient de dire que ces valeurs, principes et fondamentaux, cette substance justicielle organique des peuples enracinés,racistes et xénophobes, ne sont pas un ensemble vide de mots creux et de concepts vagues dont les définitions et l’interprétation ne peuvent qu’être, uniquement et exclusivement, données et délivrées par un régime républicain, démocrate et laïque où leCapitalisme-libéral devient le principe lui-même, dont le sens est « caché », auquel on fait dire ce que l’on veut et qui explique tout, mais sont un ensemble de connaissances exotériques, ésotériques et mésotériques sur le sens historiques et métahistoriques des Civilisations et des Transmissions primordiales à travers les Grands Temps et les Temps Qualifiés de l’Humanité cycliquement Adamique que nous devons manipuler en conscience et traduire en actes politiques – et non le sens que leur donnent les partis, lesloges et les lobbys de l’arc républicain dans leurs entreprises politiques-politiciennes et leur économisme usuraire philo-sophistique -, des connaissances autour desquelles peuvent s’articuler les principes, valeurs et fondamentaux en mouvement et qui animent le régime exécutant.

Oui, il y a un tas de manipulations, de complots et de spéculations possibles autour de la « régionalisation », comme il y en a toujours eu pour enfermer l’Europe dans l’Union falsifiée de la Marchandise, mais nous ne pouvons nous libérer qu’à partir de nous-mêmes, qu’en retrouvant le chemin de toutes nos « échelles identitaires et racines intérieures » biens comprises.

La Dissidence doit être Européenne avant d’être Eurasiste et doit être Eurasiste avant d’être pro-russe. Question de Principe…

Subsidiarité

Si nous avons peur de la régionalisation mondialiste, reprenons le contrôle de l’état-nation de la République démocratique et laïque dite française avant qu’elle ne soit totalement démantelée par où elle a péché dans le sang des provinces et nous pourrons articuler le régime autour de valeurs, principes et fondamentaux nous permettant de « confédérer » les Res Publica européennes – quand nous disons « reprenons », nous voulons dire, mettre en œuvre, soyons dans cette logique, cette mentalité, cette dialectique, car c’est bien de cela dont il s’agit dans ces prémices de début de commencement de tentatives de débroussaillement et de formulation informelle de concepts pré-théoriques dans ces balbutiements de conclusions apportés à la somme de nos constats statiques et indignations orphelines, nous ne cherchons pas à être péremptoires, insolents, ou dans l’incantation, nous disons ce que nous devons dire comme nous devons le dire -, nous pourrions évoquer le principe traditionnel de Subsidiarité qui résume ce que nous pensons d’une articulation possible entre les différentes échelles identitaires individuelles et collectives, ça ne sont pas les régions qui s’abandonnent à l’UE, c’est nous qui abandonnons les régions et l’Europe à l’UE, l’UE aux EU par un anti-tropisme européen primaire et intégral qui est un mondialisme déguisé, comment, par exemple, pouvons-nous être pro-russes avant d’être pro-européens en étant européens en Europe et sans trembler du menton comme les néo-souverainistes de la Dissidence mainstream ? Quels Russes pourront respecter des Français sans fierté et volonté de puissance qui n’auront rien fait pour construire l’Europe contre l’Union dite Européenne ?

Nous ne pouvons pas dialoguer avec la Grande Russie sans uneVoie européenne et en étant volontairement des vassaux, des acteurs mineurs du Grand Jeu géopolitique. L’échelle Nationale estlégitime et est incontournable dans toutes les perspectives d’articulations philosophiques et les hiérarchies d’organisations politiques possibles et imaginables.

Nous n’opposons pas la Lumière à l’Étoile, l’Étoile au Soleil, le Soleil à la Terre, la Terre à l’Être, l’Être au Foyer, le Foyer à la Famille, la Famille à la Tribu, la Tribu au Clan, le Clan au Village, le Village à la Commune, la Commune à la Région, la Région à la Province, la Province à la Res publica, la Res Publica à la Patrie, la Patrie à la Nation, la Nation à l’État, l’État au Royaume, le Royaume à l’Empire, l’Empire à l’Imperium, l’Imperium aux Cieux, les Cieux aux Dieux et les Dieux à Dieu.

Sur quelles valeurs, principes et fondamentaux se basent le néo-souverainisme, la philosophie-politique de la Dissidence par défaut ? Voilà la question.

Dis moi quel est ton Imperium je te dirai qui tu es

Le régime n’est pas le principe lui-même et le principe est empiriquement « supérieur » au régime, il existe sans le régime, le régime n’existe pas sans le principe. L’Imperium fait la Res Publica, la Res Publica applique le principe imperiumique traditionnel de Subsidiarité.

D’ailleurs, le Principe n’est jamais unique, il est toujours multiple dans son Unité verticale.

Décréter que le régime est supérieur au principe c’est essayer d’expliquer que le décor est plus important que la parole – et que les sens de la parole –, c’est uniformiser les forces politiques,horizontaliser les luttes dans l’étouffement des ronrons idéologiques et des censures de boutique, et nous demandons à Étienne Chouard – en tant que personnage emblématique de soncourant de pensée alter-démocrate, rien de personnel, ou du moins rien d’agressif et de gratuit dans nos choix de représentations d’unetendance en présence et en mouvement dans la sphère dissidente – et à ses disciples démocrates, républicains et laïques néo-souverainistes post-gauchistes, maintenant que nous avons compris la vision chouardienne de la démocratie et du tirage au sort que nous avons bien appréhendé en tant que contre-pouvoir inhérent au mécanisme démocratique du régime – dont le Principe est « indéfini » – que prônent les Gentils Virus (sans jamais réfléchir avec quelles forces ils imposeront ce régime, car on ne peut pas penser le principe sans penser la puissance, et on ne peut pas penser le régime sans penser le principe), de définir, parallèlement à leurs travaux « techniques » sur l’organisation institutionnelle et constitutionnelle de ce régime, leur philosophie-politique – Capitalisme, Marxisme, Communisme, Socialisme, Libéralisme, Nationalisme, Anarchisme, Eurasisme ? -, de nous dire leurimaginaire collectif et leur univers mental, de nous expliquer lesens de leurs mots et l’essence de leurs conceptsl’exotérisme, l’ésotérisme et le mésotérisme, la Physique et la Chimie, la Métaphysique et l’Alchimie de leurs Mythes, de leurs Symboles et Archétypes, de leurs identités, des valeurs, principes et fondamentaux qui seront articulés dans le régime qu’ils animeront ?

Nous sommes tous contre l’UE. La question n’est pas de savoir si nous devons ou voulons sortir de l’Europe, que nous a enlevé la perfide Albion, la question est de savoir ce que nous mettons derrière les mots, ce que nous mettons derrière notre principe de Souveraineté. Une souveraineté sixième républicaine jusqu’à la septième ou une Europe souveraine ou la France est un pôle politique majeur lui permettant de recouvrir sa Puissance ? Restaurer un État-nation qui n’existe plus et empêcher les régions de créer des situations de dissidences potentielles ?

Le fait qu’il y ait un projet mondialiste de régionalisation de l’UE, dont on nous explique bien que sa cartographie principale est nazie, n’indique pas qu’un sens unique et exclusif peut être donné à cette idée, ni qu’un principe philosophique et politique primordial intrinsèquement mauvais anime obligatoirement l’idée continentale européenne, le vent polaire se lèvera, par définition, à partir de petits groupes, de communes et de régions isolées, et de leurs volontés de briser l’impuissance européenne, rien n’est parfait, suivons-les, aidons-les, soutenons-les, orientons-les, il n’est en rien étonnant que nos élites aient prévu ce scénario et organisé des impasses sémantiques, l’Hiver et son Incendie doivent bien commencer quelque part… Comment croire des républicains, démocrates et laïques, journalistes, humoristes et assureurs ? Que font d’autre les régions que d’essayer de s’extirper du joug d’états-nations soumis à la République mondiale ? Notre limite de débat n’est pas l’arc républicain de la Marchandise.

Écosser pour replanter l’Europe européenne. Nous repasserons par nos pays avant que paix ne vienne. Le Mythe est de la campagne, de la forêt, des sources dans la plaine, pas un mythe incapable de syndicats de la verveine théorisé dans le béton des villes inhumaines.

Ça n’est pas idéal, mais de vos utopies, les peuples sont revenus, la peur est partie, Europe revient où elle le peut, où le Celte est en vie, où les peuples de longue mémoire l’accueillent et lui sourient.

Si les régions doivent montrer aux hésitantes nations, le sentier perdu vers Europe, elles le feront, au-delà de l’Alliance, de toutes les trahisons, car nos racines sont les provinces de notre commune maison

 Écossez, Écossez, il en restera toujours quelque chose.

La Réponse sera Métapolitique !

Nasrallah Pendragon,

pour l’Heure Asie

sep2

Rédigé par Dissidence Française

www.la-dissidence.org

2 commentaires

  1. C’est sûr ! Y z’allaient pas organiser leur opé de com à deux balles en Ireland …
    … Faut pas déconner non plus !

    Ha la la ! Depuis que je sais que l’Ecosse veut rester dans l’Europe anglaise, c’est à dire rester en dehors de l’Europe tout en faisant croire qu’ils y sont pour toucher les subvensions allemandes et françaises… Alors là wooo ! Chapeau bas !

  2. Scottish Joke.

    An extraordinarily handsome man decided he had the responsibility to marry the perfect woman so they could produce beautiful children beyond compare.

    With that as his mission he began searching for the perfect woman.

    Shortly after that, he met a farmer who had three stunning, gorgeous daughters that positively took his breath away.

    So he explained his mission to the farmer, asking for permission to marry one of them.

    The farmer simply replied, ‘They’re lookin’ to get married,so you came to the right place. Look ’em over and pick the one you want.’

    The man dated the first daughter. The next day the farmer asked for the man’s opinion.

    ‘Well,’ said the man, ‘she’s just a weeeeee bit, not that you can hardly notice…pigeon-toed.’

    The farmer nodded and suggested the man date one of the other girls; so the man went out with the second daughter.

    The next day, the farmer again asked how things went.

    ‘Well,’the man replied, ‘she’s just a weeeeee bit, not that you can hardly tell…cross-eyed.’ The farmer nodded and suggested he date the third girl to see if things might be better. So he did. The next morning the man rushed in exclaiming,’She’s perfect, just perfect. She’s the one I want to marry’. So they were wed right away. Months later the baby was born. When the man visited the nursery he was horrified: the baby was the ugliest, most pathetic human you could imagine. He rushed to his father-in-law asking how such a thing could happen considering the beauty of the parents. ‘Well,’ explained the farmer, ‘She was just a weeeeee bit, not that you could hardly tell… pregnant when you met her.’

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s