couv-francelesanneesdecisives-loClair, radical et constructif, le livre de Laurent Ozon, « France, les années décisives », paru récemment aux Éditions Bios, mérite que l’on s’y attarde, et ce, d’autant plus que ce ne sont évidemment pas les médias de masse qui s’en feront les relais.

Si les problématiques écologiques, migratoires et économiques occupent le premier plan et sont traitées de manière très pratique, nous aurions cependant tort de n’y voir ici qu’un livre-programme qui se contenterait de compiler des constats et des propositions galvaudées. C’est, au contraire, un ouvrage aussi pragmatique qu’audacieux, qui explique sans détour les causes de l’effondrement prochain des sociétés occidentales et présente des solutions réalistes pour nous en préserver, tant que cela est encore possible.

Mais le principal intérêt de ce livre, c’est la démarche, c’est la méthode qui s’y dévoile au fil de ses cent pages. Car il existe une méthode Ozon, une épistémologie rigoureuse et une hauteur de vue cohérente qui échappent aux tentations monomaniaques sans pour autant céder au « politiquement correct ». Un regard neuf et une approche systémique, donc, qui s’appliquent au réel et ne versent ni dans la nostalgie incapacitante ni dans la démagogie conformiste.

On retrouve là le souci constant de l’auteur qui, depuis des années, et après un bref passage au Front national comme conseiller de Marine Le Pen pour les questions écologiques, s’applique à former les cadres de ce qu’il nomme la« périphérie politique » afin de préparer l’indispensable processus de« renouvellement des élites », en l’absence duquel l’existence de notre peuple en tant que substance sensible et souveraine sur ses terres appartiendra bientôt au domaine de la fiction.

Et c’est un livre d’autant plus intéressant que sa date de parution coïncide avec la fondation par Laurent Ozon, le 21 septembre dernier, du Mouvement pour la remigration, une organisation dont l’unique objet est de préparer consciencieusement, méthodiquement et sereinement le processus remigratoire qui, tôt ou tard, devra être mis en œuvre pour préserver notre pays du chaos multiculturel déjà dénoncé par des auteurs comme Jean Raspail ou, plus récemment, Renaud Camus.

Vous l’aurez compris, les enjeux soulevés par cet ouvrage sont incontournables et ne manqueront pas d’intéresser la foule de plus en plus nombreuse des Français débarrassés du prêt-à-penser médiatique et qui seront confrontés à des choix décisifs dans les années à venir.

Vincent Vauclin

Paru initialement sur Boulevard Voltaire

sep2

Voir aussi : 

Rédigé par Dissidence Française

www.la-dissidence.org

(3 commentaires)

  1. Merci Monsieur Ozon d’exprimer tout haut ce que nous autres français pensons tout bas.
    Merci pour ce courage que tous les autres sans couilles n’ont pas.
    Et désolé pour l’utilisation du mot « couilles » mais « Sans couilles » est l’unique tournure idiomatique qui me vient à l’esprit lorsque je pense aux français en général.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s