Capture d’écran 2015-01-04 à 20.56.43

La vérité des média de masse est donc celle-ci : ils ont pour fonction de neutraliser le caractère vécu, unique, événementiel du monde, pour substituer un univers multiple de media homogènes les uns aux autres en tant que tels, se signifiant l’un l’autre et renvoyant les uns aux autres. A la limite, ils deviennent le contenu réciproque les uns des autres –et c’est là le « message » totalitaire d’une société de consommation.

Ce que véhicule le medium TV, c’est, à travers son organisation technique, l’idée (l’idéologie) d’un monde visualisable à merci, découpable à merci et lisible en images. Elle véhicule l’idéologie de la toute puissance d’un système de lecture sur un monde devenu système de signes. Les images de la TV se veulent métalangage d’un monde absent. De même que le moindre objet technique, le moindre gadget est la promesse d’une assomption technique universelle, ainsi les images/signes sont présomption d’une imagination exhaustive du monde, d’une assomption totale du monde réel à l’image qui en serait comme la mémoire, la cellule de lecture universelle. Derrière la « consommation d’images » se profile l’impérialisme d’un système de lecture : de plus en plus ne tendra à exister que ce qui peut être lu (ce qui doit être lu : le « légendaire »). Et il ne sera plus question alors de vérité du monde, ou de son histoire, mais seulement de la cohérence interne du système de lecture.

C’est ainsi qu’à un monde confus, conflictuel, contradictoire, chaque medium impose sa propre logique plus abstraite, plus cohérente, s’impose, lui, medium, comme message, selon l’expression de McLuhan. Et c’est la substance du monde morcelée, filtrée, réinterprétée selon ce code à la fois technique et « légendaire » que nous « consommons ». Toute la matière du monde, toute la culture traitée industriellement en produits finis, en matériel de signes, d’où toute valeur événementielle, culturelle ou politique s’est évanouie.

Jean Baudrillard,

La société de consommation

sep2

Rédigé par Dissidence Française

www.la-dissidence.org

un commentaire

  1. Ce n’est pas tant les media de masse qui sont un problème mais bien la félonie politique faite par calcul; doublée de la félonie du peuple faite par bétise:

    Pour Jean-Michel Quatrepoint, la vente d’Alstom est un «scandale d’État». Le journaliste et économiste révèle que le gouvernement a délibérément confié à un groupe américain l’avenir de l’ensemble de notre filière nucléaire.

    http://www.lefigaro.fr/vox/economie/2015/01/05/31007-20150105ARTFIG00339-vente-d-alstom-les-dessous-des-cartes-par-jean-michel-quatrepoint.php

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s