ra

Que reste-t-il de l’Armée Française ?

Outil de souveraineté et de puissance par définition, notre armée est depuis plusieurs années maintenant victime d’une véritable entreprise de démolition menée par le conglomérat UMPS. «Grande Muette » par définition et pour son plus grand malheur, l’institution militaire est devenue la variable d’ajustement de tous les budgets annuels. Aucun ministère n’a subi comme elle autant de réductions de personnel et de moyens. Une institution qui ne tient plus aujourd’hui que par la volonté et le savoir-faire de l’encadrement.

Des coupes drastiques

A la fin de l’actuelle loi de programmation militaire 2014-2019, l’Armée française aura quasiment perdu 50% de ses effectifs ! Toute arme confondue (Terre-Air-Mer), elle remplirait à peine le Stade de France. Par ailleurs, dans une France « dénationalisée », les vocations demeurent insuffisantes. Du point de vue du matériel, ce dernier est souvent hors d’âge et à bout de souffle. Pas remplacé, peu réparé, nos hommes doivent faire preuve d’une grande ingéniosité pour garder opérationnel un matériel largement obsolète. Quant au matériel nouveau, notamment les fameux chars Leclerc ou l’avion Rafale, ils n’arrivent dans les unités qu’au compte-gouttes.

Attaques par le bas

Plus pernicieuse est le véritable travail de sape accompli dans le silence absolu depuis l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981 : l’entrée des valeurs de la société civile, notamment de l’idéologie des droits de l’homme et de l’antiracisme dans les enceintes militaires (face à un ennemi puissament armé, lors d’un assaut, j’aimerais bien voir ce qu’est qu’un chevalier des droits de l’homme avec sa moraline en bandoulière). De même, professionnalisation oblige, on assiste à une véritable « brésilianisation » de certaines unités dont les recrues sont très loin d’avoir le drapeau français au coeur. Enfin, le coup de grâce a été donné à l’Armée par sa féminisation outrancière, y compris au sein des unités d’intervention.

Quelle armée demain ?

Avec le recul, la professionnalisation des armées est un échec. Tout bonnement parce que la France ne s’en est jamais donné les moyens financiers et parce qu’on ne peut sortir intact de décennies de pacifisme, d’anti-militarisme, d’esprit anti-national, d’humanitarisme larmoyant, de volonté de jouissance individuelle, tout un liquide amniotique dans lequel baigne la jeunesse de France et qui est tout sauf propice à de grands élans d’engagement au service d’une cause supérieure où la mort peut être la sanction ultime. N’ayant plus comme contact avec l’Armée que cette risible Journée de la Défense et le défilé du 14 juillet sur TF1, les Français, notamment depuis la fin du Service national (qui malgré tous ces défauts avait encore le mérite de former des hommes), sont coupés de leur Armée.
Un authentique régime national-identitaire devra demain au plus vite reconstruire son outil de défense autour d’un budget ne pouvant descendre en dessous de 3% du PIB et par un retour étalé sur dix ans d’un authentique service militaire de 12 mois tout en maintenant un grand nombre d’unités totalement professionnelles. Enfin, et c’est là le plus important, effectuer une véritable révolution morale et intellectuelle afin de recréer un climat où, dans l’esprit de nos citoyens, la France sera toujours première servie. 

Si nous voulons garder notre rang de grande puissance dans le monde, reconstruire une armée digne de la France sera une priorité absolue.

EK

Introduction au dossier de la revue Réfléchir et Agir N°49 Hiver 2014

Réfléchir & Agir

sep2

Conseil de lecture : 

livre_putsch

Rédigé par Dissidence Française

www.la-dissidence.org

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s