FRANCE-RIOTS-CLICHY

Véronique Langlois et Xavier Charpentier viennent de terminer un travail consistant à mieux appréhender les maux actuels des classes moyennes. À la tête de FreeThinking (un laboratoire d’études quali-collaboratives [quésaco ? comme on dit chez moi]), du groupe Publicis, ils s’apprêtent à publier un travail qu’ils ont baptisé Dissonances. Quand les classes moyennes parlent de la France d’après le 11 janvier, deux ans avant 2017. Cette étude menée pendant la campagne des départementales a été entreprise auprès de 190 Français des classes moyennes.

On pourrait penser que le politiquement correct dans ces observations serait là encore une fois pour être l’arbre qui cache la forêt. Heureusement, il n’en est rien et si les deux auteurs prennent le maximum de précautions pour ne pas froisser la classe médiatico-politique, leurs révélations sont bel et bien le reflet de cette classe populaire de la société française d’aujourd’hui.

L’étude pointe trois « dissonances » majeures.

La première : entre ce que ces Français vivent, c’est-à-dire une aggravation de la situation de précarité avec une France qui continue de glisser dangereusement (et de façon irréversible pour certains) et le discours ambiant autour de la reprise économique qui serait là mais qu’ils ne ressentent pas et à laquelle ils ne croient pas. Devant la gravité de la situation qu’ils ont parfaitement intégrée, ils ne comprennent pas le manque de sérieux des élites caractérisé par un débat politique sans projets et concentré exclusivement sur quelques personnalités dans la seule perspective de 2017. Enfin, ils perçoivent un sentiment de déni de démocratie chez les parlementaires qui ne remplissent pas le mandat pour lequel ils ont été élus, allant même jusqu’à juger qu’ils sont carrément des obstacles aux changements urgents que la situation exige.

Vous me direz, il faut être Libé, le quotidien qui publie cette étude, pour, avec son bandeau sur les yeux, n’avoir pas vu et anticipé le fossé irréversible qui s’est creusé entre les fausses élites et le peuple.

La deuxième dissonance : nos compatriotes restent malgré tout optimistes et croient à « un projet qui rassemble les Français au-delà du religieux et du politique » mais, dans le même temps, ils précisent « qu’aujourd’hui ils n’en voient pas la couleur ».

La troisième : « pour la première fois très clairement, ils expriment le rêve d’un coup d’État citoyen et républicain », prévient Véronique Langlois.

Oui, vous avez bien lu : un coup d’État ! Les mots « citoyen » et « républicain » étant juste un écran appliqué pour ne pas pointer dans le camp du mal.

En conclusion, et comme il était facile de l’imaginer : « Les Français très ébranlés par les événements du mois de janvier considèrent que s’ils ont fait leur part du travail en descendant massivement dans la rue, la classe des dirigeants politiques, dirigeante, elle, n’a rien fait de concret. »

Qu’en termes élégants ces choses-là sont dites !

J’avais, dans un article précédent, expliqué que nous allions vers une guerre civile, ou tout au moins vers une explosion de la société française. Pour écrire sur cette éventualité, je n’ai pas eu besoin d’une enquête prépayée par Publicis. Il suffisait simplement d’écouter les gens des rues, de nos cités et de nos villages.

Le plus révélateur, dans cette étude, est l’étonnement des médias devant le ras-le-bol des classes populaires.

J.-P. Fabre Bernadac

Ancien officier de Gendarmerie

Sur Boulevard Voltaire

separateur

Conseil de lecture :

livre_putsch

Rédigé par Dissidence Française

www.la-dissidence.org

(2 commentaires)

  1. Kali-collaborative? Peut-être ? Non ? Encore tout faux ? Arrrrggg je l’savais ! Je l’savais !

    Dissonance ? Y’aurait donc un truc qui cloche ? En gros, si je comprends bien, les français, pourraient être autorisés à esquisser l’hypothèse d’envisager de commencer à se dire, mais à voix basse uniquement, qui y’aurait un petit truc qui clocherait un tout petit peu ?

    – HÉ HO LE MONSIEUR TE DIT QU’IL Y A UN TRUC QUI CLOCHE !
    – HEIN ??? QUOI ??? K’EST-CE TU DIS ?
    – JE TE DIS KI A UN TRUC QUI CLOCHE !!!
    – QUOI ? J’ENTENDS RIEN AVEC TOUT CE TINTAMARE !!!
    – HEIN ?
    – QUOI ?
    – OUI. T’AS DIS QUOI JUSTE AVANT ?
    – NON RIEN LAIIISSSSSE TOMBER !
    – HEIN ?
    – LAISSE BÉTON CH’TE DIS
    (…)

    Wow. Ma zète. Vingt noms la belle église ! Une dissonance ?
    Wow. une dissonance cognitive ? wow… Une cognition qui cloche ? Wow…
    Wow. Et les cachets contre la dissonance cognitive elles sont remboursées par la sécu ? Parce que des pensées qui clochent cela doit foutre un méchant mal de crane ? non ?

  2. Kali: Son nom dérive du mot kāla, le temps en sanskrit, celui qui détruit toute chose. En finance publique comme privée elle pourrait être personifiée par, ou bien encore, en bon français, « subsumer » l’usure…

    – HE HO LE MONSIEUR TE DIT QU’IL Y A UN PROBLEME D’USURE !!!
    – UN PROBLEME DE QUOI ??
    – HEIN? TU PEUX REPETER LA QUESTION ?
    – HEIN REPETER QUOI ?
    – NON RIEN OUBLIE !
    – KES TU DIS ?? J’ENTENDS RIEN AVEC TOUt CE BRUIT ?
    – QUOI ????
    (…)

    Dissonance cognitive liée à « l’usure-financière-des-nations-ne-pouvant-plus-battre-monnaie-mais-qui-doivent-acheter-la-monnaie-à-des-usuriers » ? Non ! La vache ! C’est même pas remboursé par la sécu en plus !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s