tel-aviv-sur-seine

Pauvre Hidalgo ! Elle était si fière de son initiative : la programmation, dans le cadre de l’opération Paris-Plages, de la journée « Tel Aviv-sur-Seine » le 13 août, avec « foodtrucks et DJset » (sur ces « animations festives », demander explications à l’Hôtel-de-Ville SVP). Et puis, l’attaque est venue, imprévue aussi bien que mortelle, de la conseillère de Paris Danielle Simonnet (Parti de Gauche) dénonçant « le cynisme » et « l’indécence » d’une telle manifestation un an exactement après les raids et bombardements aériens sur Gaza, suivis d’une offensive terrestre. Et surtout après, ajouterons-nous, la mort d’un bébé de Cisjordanie brûlé vif dans l’incendie de la maison familiale par des fanatiques juifs et dont le père vient à son tour de succomber à ses blessures.

Du coup, explosion sur les réseaux sociaux où s’étripent antisionistes et pro-israéliens, ces derniers portant aux nues la remplaçante de Bertrand Delanoë et la sommant de « ne pas reculer devant l’antisémitisme », tandis que la Préfecture fourbit en catastrophe un plan d’urgence pour éviter des représailles des fanatiques mahométans que dame Hidalgo n’avait jamais imaginées dans sa béatitude boboïste. Si un drame se produit, ce qu’à Dieu ne plaise, elle en sera tenue pour responsable.

Mais voilà ce qui se produit — et la leçon pourrait être méditée par tous les dirigeants politiques, quand, par calcul électoraliste, on drague tous les électorats à la marge. Comment chouchouter les homos sans s’aliéner les musulmans, comment organiser pour ces derniers une « fantastique » soirée de rupture de jeûne à la mairie de Paris sans devoir aussitôt donner des gages à la communauté juive ? Il est pourtant avéré que les lobbys ne s’annulent pas l’un l’autre : ils s’additionnent et obligent à toujours plus d’abdications.

Pour se défendre, Anne Hidalgo et ses principaux adjoints, le très gay Bruno Julliard et Patrick Klugman, ancien président de l’Union des étudiants juifs de France, répètent que leur invitation ne s’adressait pas à Israël mais à Tel Aviv, ville « progressiste et libérale » où « juifs, chrétiens, musulmans, bouddhistes, laïcs se baignent tous ensemble ». C’est pourtant pendant sa visite officielle dans l’Etat hébreu que Mme Hidalgo avait concrétisé sa brillante idée. L’Etat hébreu où, interrogé sur les incendies d’églises chrétiennes tel celui perpétré par de jeunes zélotes à Tabgha dans l’église de la Multiplication des Pains et des Poissons, le très respecté rabbin israélien Gentzi Gopstein a répondu : « Bien sûr que je suis pour ! Maimonide a-t-il demandé de les détruire, oui ou non ? L’idolâtrie doit être détruite ! »

Mais sur ce point-là, la pasionaria Hidalgo, tout éclairée qu’elle se veut, est sans doute d’accord avec le rav Gopstein.

Camille Galic,

pour le journal Présent

separateur

Rédigé par Dissidence Française

www.la-dissidence.org

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s