suisse

Les puissants flux migratoires des dernières années modifient en profondeur le visage de la population suisse. Chez les plus jeunes, les enfants de l’immigration sont déjà majoritaires.

Le chiffre est passé presque inaperçu jusqu’à présent. Il s’agit pourtant d’une petite bombe, lâchée par l’Office fédéral de la statistique dans un obscur communiqué, en décembre 2013. Chez les enfants de 0 à 6 ans, les Suisses «de souche» sont désormais minoritaires.

Aujourd’hui, 53,6% des plus jeunes habitants du pays naissent de couples issus de la migration, ou de couples mixtes (une personne ayant des racines étrangères, l’autre pas). Par «issu de la migration», on désigne essentiellement les étrangers de première et deuxième générations établis en Suisse, ainsi que les naturalisés.

D’autres indicateurs confirment ce phénomène, qui semble donner corps à un vieux cauchemar de l’extrême droite, le «grand remplacement» d’un peuple par les immigrés. Dans les naissances, la proportion de bébés non issus de la migration est devenue minoritaire dès 2013. La proportion de Suisses sans racines migratoires récentes dans la population totale a baissé de 70,4% en 2003 à 64,4% en 2013. Et lorsqu’on examine les chiffres au niveau local, la montée en puissance des habitants d’origine étrangère apparaît encore plus nettement.

Ainsi, dans le canton de Vaud, chez les enfants de 0 à 14 ans, les jeunes issus de la migration sont nettement majoritaires: ils étaient près de 70 000, pour environ 48 000 Suisses «de souche», selon les estimations fournies au Temps par Statistique Vaud pour la période 2011-2013.

A Malley, dans l’Ouest lausannois, la proportion d’élèves étrangers dans les écoles peut atteindre 80%, constatait en 2009 déjà le géographe Pierre Dessemontet. Au gymnase de Burier, près de Vevey, une classe typique de 15 adolescents ne comprend que cinq noms clairement suisses. Le reste des élèves est totalement ou partiellement originaire du Japon, d’Afrique du Sud, du Portugal, du Chili, du Congo…

«Pour moi, c’est plutôt surprenant d’avoir des Suisses dans ma classe, confie un élève de Burier, lui-même Sud-Américain d’origine. Et ça a toujours été comme ça depuis que je suis à l’école.»

Cet afflux migratoire remodèle la société suisse. La moitié des mariages sont désormais conclus entre des conjoints suisses et étrangers, ou entre deux étrangers. Et s’il y a aujourd’hui plus de catholiques que de protestants dans le canton de Vaud, c’est aussi une conséquence de l’immigration: elle a permis au premier groupe de mieux maintenir ses effectifs face à la rapide montée des sans-religions.

Le plus remarquable est que tous ces phénomènes semblent se produire au même moment. Comme si un point de basculement venait d’être atteint. «Ces mouvements ont été renforcés par les forts flux migratoires qu’on observe en Suisse depuis 2010», note Stéphane Cotter, chef de la section démographie et population à l’OFS.

Lire la suite sur LeTemps.ch

separateur

Conseil de lecture :

vincent-vauclin_remigration-livre-couv-commander

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s