BHL

Il y a différentes manières de « pacifier » les nations et les hommes. On peut utiliser le tapis de bombes, ou encore le totalitarisme communiste. Mais l’immigration, le métissage et la société de consommation donnent de biens meilleurs résultats.

La destruction des nations fait partie de ce programme de « pacification du monde ». Le philosophe Bernard-Henri Lévy déclarait par exemple, dans une interview donnée au quotidien France Soir, le 24 avril 1979 : « Bravo à tout ce qui peut contribuer à casser les mythologies réactionnaires de l’État-nation, du nationalisme cocardier, de la France du terroir, des binious et des folklores (1). »

quote-bien-sur-nous-sommes-resolument-cosmopolites-bien-sur-tout-ce-qui-est-terroir-beret-bernard-henri-levy-144263

Trente ans plus tard, ses convictions n’avaient pas changé d’un iota. L’Europe supra-nationale en construction le remplissait d’aise. Voici ce qu’il déclarait dans le Nouvel Observateur du 4 octobre 2007, à l’occasion de la sortie de son dernier livre : « Je suis un cosmopolite résolu. J’aime le métissage et je déteste le nationalisme. Je ne vibre pas à la Marseillaise. J’espère que le cadre national sera un jour dépassé. Et l’un des principaux mérites de l’Europe, à mes yeux, est de fonctionner comme une machine à refroidir cette passion nationale. »

Alain Minc était un intellectuel juif libéral, lui aussi très influent dans la société française de la fin du XXe siècle. Dans un livre intitulé Épître à nos nouveaux maîtres, paru en 2002, Alain Minc (lire « Elie Minkowski »), lançait des appels fébriles à l’immigration, qui sont l’estampille de l’intellectuel juif. Il présentait très classiquement l’immigration comme une nécessité : « Il nous faudra de nouveaux immigrés, écrivait-il. Ce n’est pas une prophétie à long terme mais une réalité presque immédiate. » En réalité, il s’agissait surtout pour les intellectuels juifs de favoriser au maximum la dissolution des peuples européens, afin de se préserver d’une réaction nationaliste. À la fin de son livre, Alain Minc nous assurait encore, au cas où nous l’aurions oublié, que l’immigration était « économiquement nécessaire. » Puis, il se faisait le chantre de la citoyenneté européenne et mondialisme : « Le jour où nous serons collectivement convaincus d’être un canton à l’échelle du monde, tout deviendra plus simple (2). »

L’ancien Premier ministre de droite, Jean-Pierre Raffarin, un Poitevin bedonnant, avec une tête de militant turc communiste, tenait le même discours dissolvant : « La France du XXIe siècle porte le métissage en son cœur », avait-il déclaré en octobre 2002. « La France est métisse et elle le restera. » Et il insistait lourdement, le 7 mai 2002, sur la radio France-Inter : « Je souhaite nommer des Français d’origine maghrébine ou africaine à des postes symboliques : recteurs d’académie, préfets, commissaires de police. Je souhaite ouvrir les élections municipales aux étrangers. »

En 2003, un autre ancien Premier ministre d’origine juive, Laurent Fabius, qui lui était socialiste – et richissime – avait déclaré lui aussi : « Quand la Marianne de nos mairies prendra le beau visage d’une jeune française issue de l’immigration, ce jour-là la France aura franchi un pas en faisant vivre pleinement les valeurs de la République. »

Nicolas Sarkozy, dont la mère était née Mallah, et qui serait quelques mois plus tard le président de la République, dans son discours d’investiture au congrès du Parti libéral, le 14 janvier 2007 : « Je veux être le président d’une France qui aura compris que la création sera dans le mélange, dans l’ouverture, dans la rencontre, je n’ai pas peur du mot, dans le métissage. »

Le dimanche 19 décembre 2007 sur la chaîne de télévision France 2, invité par le présentateur Michel Drucker, il déclarait encore : « La France doit s’ouvrir aux autres. Il ne faut pas avoir peur des gens différents. La consanguinité, c’est la fin d’une civilisation. » Et dans son livre de 2006 intitulé Témoignages, il laissait ce propos, à la page 280 : « Je pense que les Français attendent une France d’après…, une France où l’expression « Français de souche » aura disparu. » Quelques années auparavant, en 2004, il nous avait déjà prévenus : « La France doit rester un pays d’immigration. Je crois au mélange, au métissage, à la rencontre des cultures. »

Voici encore des extraits du discours de Nicolas Sarkozy prononcé le 29 juillet 2007 à Dakar : « Jeunes d’Afrique, ne cédez pas à la tentation de la pureté parce qu’elle est une maladie, une maladie de l’intelligence, et qui est ce qu’il y a de plus dangereux au monde… Jeunes d’Afrique, ne vous coupez pas de ce qui vous enrichit, ne vous amputez pas d’une part de vous-même. La pureté est un enfermement, la pureté est une intolérance. La pureté est un fantasme qui conduit au fanatisme… Les civilisations sont grandes à mesure de leur participation au grand métissage de l’esprit humain. » Et Sarkozy poursuivait : « La faiblesse de l’Afrique qui a connu sur son sol tant de civilisations brillantes, ce fut longtemps de ne pas participer assez à ce grand métissage. Elle a payé cher, l’Afrique, ce désengagement du monde qui l’a rendue si vulnérable. Mais, de ses malheurs, l’Afrique a tiré une force nouvelle en se métissant à son tour. Ce métissage, quelles que fussent les conditions douloureuses de son avènement, est la vraie force et la vraie chance de l’Afrique au moment où émergent la première civilisation mondiale… Ouvrez les yeux, jeunes d’Afrique, et ne regardez plus, comme l’ont fait trop souvent vos aînés, la civilisation mondiale comme une menace pour votre identité mais la civilisation mondiale comme quelque chose qui vous appartient aussi. »

Le métissage, on le voit, est véritablement une obsession chez les juifs, mais il faut bien comprendre que, chez eux, c’est un discours exclusivement réservé l’exportation. Nicolas Sarkozy, par exemple, avait épousé des femmes juives : Cécilia Cziganer Albeniz d’abord, qui avait des origines juives roumaines, et Carla Bruni ensuite, une juive italienne.

Vingt ans auparavant, l’ancien ministre Lionel Stoleru, d’origine roumaine, manifestait lui aussi cette obsession des juifs à dissoudre l’identité nationale. Dans son livre La France à deux vitesses, en 1982, il écrivait ainsi : « Il y a, pour n’en citer que quelques-unes, une culture asiatique encore plus ancestrale et peut-être plus raffinée que la nôtre, il y a une culture sud-américaine où la mort et la violence cohabitent paisiblement avec la tendresse et la fraternité. Il y a une culture africaine où la chaleur solaire et la chaleur humaine se sont fondues dans un même creuset. La France peut être la porte d’entrée grande ouverte de l’Europe à ces courants culturels que nous connaissons encore trop mal. Elle peut être ce « Théâtre des Nations », cette scène où se joue l’histoire sordide et grandiose de l’espèce humaine (3). »

ecole_parisienne

Au début des années 80, l’ancien communiste, Guy Konopnicki, avait été l’un des premiers à comprendre que le modèle libéral américain permettait d’instaurer la société multiculturelle bien plus solidement que ne pouvait le faire le système communiste. Dans le discours de gauche, cet aspect de la question prédominait souvent sur les considérations économiques et la contestation du capitalisme libéral générateur d’inégalités. Le très progressiste Konopnicki faisait ainsi l’apologie du modèle américain et encourageait la société multiethnique : « Une culture nouvelle émerge à La Courneuve et à Meudon-La-Forêt, une manière d’être qui ignore les origines et les frontières… Le mélange est américano-cosmopolite : Vitry, c’est plus près de Harlem que de Castres (4).»

Mais la plupart des autres intellectuels juifs « progressistes » n’avaient entamé leur virage à droite qu’à partir des incidents avec les jeunes immigrés afro-maghrébins des banlieues françaises qui éclatèrent à la faveur de la deuxième Intifada palestinienne, en septembre 2001. Les intellectuels de gauche se muèrent alors en partisans de la droite « dure » : il s’agissait pour eux, non pas d’expulser les millions d’immigrés qu’ils avaient fait rentrer en France, mais de conforter cette société multiraciale qu’ils avaient tant contribué à mettre sur pied.

Enrico Macias était un chanteur français d’origine algérienne. Ce juif séfarade, qui chantait la fraternité universelle, avait connu son heure de gloire en France dans les années 70 et 80, mais il était toujours sur les plateaux de télévision en ce début du XXIe siècle. Le chanteur de gauche avait soutenu Nicolas Sarkozy, le candidat libéral pro-sioniste et pro-américain, durant la campagne présidentielle de 2007. Dans un entretien que publiait le quotidien gratuit, 20 Minutes, le journaliste l’interrogeait : « Vous continuez à vous définir comme un homme de gauche ? » Et Macias répondait : « Bien sûr. Je suis de gauche, mais je soutiens Sarkozy parce que c’est un homme hors du commun. Je l’ai d’ailleurs soutenu à un moment où tout le monde m’a critiqué . On disait : « Comment un homme de gauche peut-il soutenir un homme de droite ? » » Macias citait ceux de ses congénères qui avaient changé de costume : « Regardez maintenant : Dominique Strauss-Kahn, Jack Lang, Bernard Kouchner, tous les éléphants du Parti socialiste qui travaillent avec lui. D’ailleurs, comme eux, s’il me proposait une mission, je l’accepterais. »

Sur la question de l’immigration, naturellement, la politique de la droite était à peu près similaire à celle de la gauche. On continuait à faire venir les immigrés et à régulariser les clandestins. Enrico Macias était alors allé voir son pote Sarkozy : « Il m’a écouté et a régularisé une centaine de dossiers que je lui ai confiés. »

Enrico Macias était aussi un richissime homme d’affaires. Il avait placé ces millions dans les casinos Partouche. Peut-être aurait-il pu en faire profiter un peu les Français de souche dans la misère. Mais on l’a bien compris : un juif ne raisonne et n’agit que dans l’intérêt de la communauté juive. Et leur intérêt, manifestement, n’était pas de nous aider mais de nous dissoudre.

Dans les années soixante-dix, le médecin Alexandre Minkowski œuvrait déjà à pacifier les Français en injectant dans le corps national toutes les minorités possibles. À l’hôpital où il exerçait, il donnait ainsi la priorité à l’embauche à tous les étrangers, au détriment des Français : « J’avais déjà un Syrien, une Israélienne, deux Algériens et une Indonésienne musulmane dans mon service, ils travaillaient tous en parfaite intelligence. Alors pourquoi ne pas y ajouter quelques Palestiniens ? Ils arrivèrent à l’hôpital à dix ou vingts, tous médecins, à l’exception d’une assistante sociale palestinienne chrétienne (5). »

Dans son roman à deux sous publié en 1980, Arnold Mandel faisait l’apologie du métissage pour les goys. Il met ici en scène une Française avec un Arabe. Nous sommes en juin 1940, à Marseille : le ménage européo-arabe, Germaine et Ali « se battait parfois et copulait bruyamment… Germaine et Ali s’éveillèrent et firent l’amour, vocalisant puissamment leur consensus (6). »

Vingt ans plus tard, les obsessions du judaïsme étaient toujours les mêmes. Le docteur Georges Federmann, un psychiatre de Strasbourg, voyait les Gitans comme des frères, ou au moins, comme des cousins. Militant démocrate et humaniste, membre d’associations « antiracistes », il était très engagé dans un combat en faveur des Roms et des « sans-papiers ». « J’attends la période messianique, mais je me casse le cul pour qu’elle arrive », pouvait-on lire dans Les Dernières Nouvelles d’Alsace, le 21 janvier 2003. C’est lui qui avait servi de modèle pour le personnage principal du film Swing de Tony Gatlif, qui racontait l’histoire d’un docteur qui soigne et gratuitement les Gitans. Le mardi 15 novembre 2005, pourtant, on apprenait dans les journaux que ce psychiatre renommé avait connu quelques déboires avec l’un de ses protégés. Le psychiatre, « connu pour ses prises de position en faveur des plus démunis » avait été grièvement blessé avec son épouse et assistante. Il avait reçu quatre balles dans le corps. L’auteur de l’agression était un homme de 57 ans, qui avait, paraît-il, de grands problèmes psychiatriques. Le docteur Federmann, lui, était sans doute on ne peut plus sain d’esprit.

Les intellectuels juifs manifestaient aussi régulièrement une certaine inclination à proférer d’énormes contre-vérités. Chez eux, cette disposition à prendre les goys pour des demeurés, ce culot à toute épreuve, s’appelle « chutzpah » – prononcez « Houtzpah (7) ». En mars 2008, la revue Géo Histoire avait publié par exemple un entretien de trois pages avec le démographe Gérard Noiriel, spécialiste de l’histoire de l’immigration et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (une bonne planque). L’entretien avait pour titre : Le fantasme identitaire. Et voici ce que l’on pouvait y lire : « Fort de ses recherches, l’historien peux rappeler que depuis cent cinquante ans, jamais l’immigration n’a été aussi faible en France. En 2007, cela fait plus de trente ans qu’elle n’a pas augmenté de façon significative. Les statistiques produites par l’INED (Institut National des Études Démographiques) le démontrent : il y a moins d’étrangers aujourd’hui il n’y en avait en 1997. Et voici ce qu’en bon juif, Gérard Noiriel concluait : « Il est important de déconstruire cette notion-là : la France (8). »

Si nombre d’intellectuels et d’hommes politiques de gauche avaient rejoint la droite libérale en ce début du XXIe siècle, inversement, beaucoup de « libéraux » nourrissaient depuis longtemps une sympathie évidente pour les mouvements révolutionnaires d’extrême-gauche. Tout cela était parfaitement naturel, dès lors que l’on comprenait que l’essentiel était, pour ces esprits cosmopolites, d’œuvrer en faveur de la société multiculturelle et dans le sens du projet de gouvernement mondial.

Paul-Loup Sulitzer, un homme d’affaires et romancier à succès, très libéral, racontait son parcours : « Je participe à la farandole lyrique de Mai 68. Je suis bien loin de me sentir gauchiste ou révolutionnaire. Mais je hais la stagnation. Si j’avais été russe en 1917, j’aurais sans doute eu envie de secouer la chape de plomb tsariste. » Et il poursuivait : « Il faut que l’homme et la société bouge sans cesse ; le mouvement, c’est la vie. Il faut réviser ses positions chaque jour, refuser de s’encroûter et de se figer (9). »

Le très libéral Alain Minc exaltait lui aussi les événements de Mai 68 : « le choc libérateur de Mai 68 (10) », disait-il. C’est parce que le projet politique du communisme était exactement le même que celui des financiers internationaux : dissoudre les identités nationales, effacer les frontières, supprimer les libertés tribales, favoriser par tous les moyens l’unification du monde et l’instauration d’un gouvernement mondial.

Les Juifs sont littéralement obsédés par la dissolution des nations et l’unification du monde, condition sine qua non à la venue du messie. Voyez encore ce qu’écrivait par exemple Jean-Jacques Servan-Schreiber, qui fut en 1953 le fondateur de l’hebdomadaire bourgeois L’Express. Dans un petit livre intitulé Le réveil de la France, mai-juin 1968, Servan-Schreiber exaltait lui aussi l’esprit de mai 1968, en trouvant des excuses à des étudiants qui étaient allés cracher sur la tombe du soldat inconnu : « Il est bien évident, écrivait-il, que les étudiants ne crachaient pas sur ce malheureux, qui représente si bien dans son anonymat tous ceux qui, comme lui, se sont fait tuer dans des guerres atroces. Ils s’en prenaient justement, je veux dire à ce titre, à la monstrueuse stupidité du système éternel de souveraineté nationale, érigée en valeur suprême, qui porte en lui la guerre et la haine comme la nuit porte l’orage. » Et il insistait : « C’était peut-être le premier hommage vraiment sérieux rendu à l’inconnu de l’Étoile (11). »

Dans Les fossoyeurs, paru en 1993, Jean-Jacques Servan-Schreiber exprimait de manière elliptique cette attente fébrile du messie chez les juifs : « Pour parvenir à cette société d’épanouissement individuel, il va falloir s’arracher à l’ordre ancestral… ce sera encore long, j’aurais du mal à endurer ces lenteurs qui nous détruisent (12) !»

La gauche ou la droite, pour ces esprits cosmopolites, n’étaient que deux moyens un peu différents de parvenir un même but. En septembre 2008, les élections américaines qui se préparaient à opposer un démocrate noir, Barack Obama, à un conservateur blanc, John McCain. Écoutez ce témoignage d’un banquier, que l’on pouvait lire dans le numéro du 4 septembre du Nouvel Observateur, un hebdomadaire de gauche dirigé par Jean-Daniel (Bensaïd). L’article de Claude Weill était intitulé Un Noir à la Maison Blanche ? Claude Weill écrivait, au sujet de Barack Obama : « Il est le rêve américain incarné. L’illustration des valeurs d’ouverture, de métissage qui ont fait la grandeur de l’Amérique. Le pays où tout est possible… Celui qui liquidera les démons de l’Amérique et lui permettra de renouer avec le meilleur de sa tradition. « Bien sûr je vais voter pour Obama, me dit un banquier Conservateur bon teint. Je ne veux pas passer à côté de l’histoire ! » »

Le clivage, en vérité, n’était plus depuis longtemps entre les partisans de la « gauche » et ceux de la « droite ». Il s’agissait d’une lutte gigantesque entre, d’un côté, les juifs et les partisans de l’Empire global, et, de l’autre, les peuples et tous les défenseurs du monde traditionnel et des libertés locales. La situation s’était d’ailleurs clarifiée depuis la chute du mur de Berlin en 1989 et l’effondrement du soviétisme.

En 1992, le philosophe de gauche Bernard-Henri Lévy notait ainsi ses convergences de vue avec Alain Minc, l’intellectuel libéral, mais naturellement, sans en expliquer l’origine : « Si souvent les mêmes réflexes. Des sensibilités voisines. Une vision du monde qui, sur la plupart des sujets, nous met sur la même longueur d’onde (13). »

Cette convergence de vue est encore illustrée, par exemple, par la collusion qu’il y eut entre la finance internationale et le mouvement bolchevique. En 1918, le fameux banquier Max Warburg se trouva confronté aux Spartakistes, dont les chefs étaient tous issus du « peuple élu ». Voici ce que l’on trouve dans le livre de Jacques Attali consacré à la famille Warburg : « Le 5 novembre 1918, un comité révolutionnaire prend le pouvoir à Hambourg. L’aura de Max Warburg est telle que le comité, après l’avoir pris en otage et pressé de dire où se trouve l’argent de la ville, protège sa famille, l’invite à déjeuner au Rathaus et l’entend comme conseiller. »

Les juifs communistes, on le voit, éprouvaient surtout du respect et de la sympathie pour leur congénère de la banque. Jacques Attali confirmait ici que le judaïsme n’est pas tant une religion qu’un projet politique. Siegmund Warburg, le fils de Max, écrivait-il, « était un agnostique à l’esprit très religieux. Toujours il s’est identifié à la cause du judaïsme comme force morale. » Et il ajoutait : « Siegmund s’affirme comme citoyen du monde (14). »

En 2008, Bernard Henri-Lévy confirmait que le judaïsme n’était pas seulement une religion : « Ce que la plupart des gens ont, semble-t-il, du mal à entendre, c’est que le judaïsme n’est pas une religion. Le mot »religion » n’existe pas en hébreu… Et si le mot n’existe pas, si on ne l’a trouvé dans aucun livre du Talmud, dans la bouche d’aucun des Sages et des Maîtres qui ont fait la grandeur de la loi orale… c’est parce que la chose elle-même n’existe pas davantage… Savez-vous que « synagogue », par exemple, « Beit Knesset », veut dire maison de réunion et pas de prières ? Savez-vous que la Torah désigne moins je ne sais quel bréviaire ou missel, ou livre de prières, que la constitution (vraiment la constitution, au sens propre, quasi politique, ou en tout cas, civil du mot constitution) donnée par Moïse à son peuple après la réception des Tables ? Savez-vous qu’il y a eu, au XXe siècle encore, au sein même de ce que vous appelleriez le monde de la croyance et de la foi, des maîtres éminent (je pense au Rav Cook) qui tiennent que l’athéisme n’est pas un problème pour le judaïsme (15). »

Le judaïsme, en effet – répétons-le – est d’abord et avant tout un projet politique.


Notes

1) Bernard-Henry Lévy, dans Yann Moncomble, Les professionnels de l’antiracisme, Faits et Documents, 1987, p140. Un peu plus haut dans ce même article, Lévy avait déclaré qu’il était « prêt à risquer sa vie pour Israël ».

2) Alain Minc, Épître à nos nouveaux maîtres, Grasset, 2002, pp. 98, 245, 260

3) Lionel Stoléru, La France à deux vitesses, Flammarion, 1982, p. 246.

4) Guy Konopnicki, La place de la nation, Olivier Orban, 1983, p. 175.

5) AlexandreMinkowski, Un juif pas très catholique, Ramsay, 1980, p. 163.

6) Arnold Mandel, Tikoun, Mazarine, 1980, pp. 60, 64.

7) « Chutzpah », avec la graphie allemande.

8) Alain Minc, Guy Sorman, Jack Lang, etc, ont tenu des propos similaires. Cf. nos livres précédents.

9) Paul-Loup Sulitzer, Laissez-nous réussir, Stock, Poche, 1994, pp.37,38.

10) Alain Minc, Épître à nos nouveaux maîtres, Grasset, 2002, pp. 67.

11) Jean-Jacques Servan-Schreiber, Le réveil de la France, mais-juin 1968,Denoël, 1968, p. 88.

12) Jean-Jacques Servan-Schreiber, Les Fossoyeurs, Fixot, 1993, P. 59.

13) Bernard-Henry Lévy, Le Lys et la cendre, Grasset, 1996, pp. 16, 233, 470.

14) Jacques Attali, Sir Sigmund G. Warburg, Un Homme d’influence, Fayard, 1985,Poche, pp. 131, 329.

15) Michel Houellebecq, Bernard-Henry Lévy, Ennemis publics, Flammarion, Grasset, 2008, pp. 167, 168.


Hervé Ryssen,

Extraits de « Le Miroir du judaïsme », éditions Baskerville, 2009

(Pages 60 à 68)

separateur

un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s