Comme on pouvait s’y attendre, l’attentat islamiste d’Orlando aura relancé une nouvelle fois le débat sur le port d’armes outre-Atlantique et suscité une énième vague d’indignation de la part des « bonnes âmes » persuadées que leurs concitoyens seront davantage en sécurité une fois désarmés.

Certains, tels The Daily News, avec sa une « Thanks NRA ! », ou encore Obama lui-même, poussant même l’absurdité jusqu’à rendre responsable de ce carnage la célèbre National Rifle Association !

Prêts pour l’abattoir

Nos médias, bien sûr, n’auront pas manqué de bêler en chœur avec ce troupeau paré pour l’abattoir. Comme Le Monde qui, dans sa livraison du 13 juin, devait intituler l’un de ses articles : « Tuerie d’Orlando : rien n’empêchait Omar Mateen de se procurer des armes ».

En France, il est vrai, nous savons raison garder : la vente et le port d’armes de guerre sont totalement prohibés. Et tout contrevenant lambda sévèrement sanctionné. Mieux : qu’il vienne à une victime l’idée saugrenue de se défendre et, ce faisant, de tuer son agresseur, et elle se retrouvera ni une ni deux dans le box des accusés. Notre loi est à ce point liberticide, qu’il aura fallu que surviennent les attentats de novembre 2015 pour que les forces de l’ordre elles-mêmes soient enfin autorisées à porter leur arme en dehors de leur service. Et encore : juste le temps de l’Etat d’urgence. Maintenant qu’un couple de policiers a été massacré à Magnanville, cette autorisation, nous dit-on, devrait être prolongée au-delà dudit Etat…

« Une chance de répliquer »

En attendant, si « rien n’empêchait Omar Mateen de se procurer des armes », force est de constater que, chez nous non plus, malgré cette législation très stricte, rien n’a empêché les Merah, Kouachi, Coulibaly, Abaaoud, Abdeslam et autres djihadistes de se procurer kalachnikovs et explosifs. Comme rien n’empêche aujourd’hui les armes de toutes sortes de circuler dans nos banlieues islamisées.

En réalité, et comme le rappelait très justement Donald Trump, « lorsque les armes sont hors-la-loi, seuls les hors-la-loi en ont ». Et Trump, commentant les attentats de novembre dernier, avait bien raison de souligner que « si les gens qui ont été sauvagement abattus à Paris avaient été armés, au moins, ils auraient eu une chance de répliquer ».

Source : Journal Présent

separateur

Rédigé par Dissidence Française

www.la-dissidence.org

(6 commentaires)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s