Infatigable militant de la cause pro-Blanche, Arthur Kemp est un activiste aux multiples talents : journaliste, directeur d’Ostara Publications, ancien porte-parole des Affaires étrangères du British National Party (BNP), il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont le célèbre March of the Titans: a history of the White Race. Jusqu’à maintenant, un seul de ses travaux avait été édité en français : Bâtir le foyer blanc. En voici un second, toujours publié chez Akribéia et qui se présente sous la forme d’un petit manuel concis (une cinquantaine de pages) destiné à expliciter la notion d’ethnonationalisme. Initialement publiée en 2008 sous le nom Folk & Nation. Ethnonationalism Explained, la présente étude avait été conçue à l’origine pour la formation des militants et cadres du BNP sur la délicate question des relations inter-raciales.

Alors, qu’est-ce que l’ethnonationalisme ? C’est « un nationalisme qui définit la nation en termes d’ethnicité. » Sont donc considérées prioritairement la race (« réalité biologique fondée et scientifique ») et l’ethnicité (culture, langue…) dans la définition de l’identité d’un peuple. L’ethnonationalisme promeut l’idée que chaque identité doit être valorisée et préservée, que chaque groupe ethnique doit rester lui-même afin de « s’oppose(r) frontalement aux projets d(u) monde unique » voulu par les « élites internationalistes ».

Cherchant à anéantir les races et les identités au profit d’une « masse uniforme et identique », d’un « melting-pot mondial », les métisseurs sont les vrais ennemis de cette diversité qu’ils feignent de louer mais qu’ils s’acharnent à détruire. A l’inverse, l’ethnonationalisme considère que la diversité des peuples et des races doit être respectée et défendue car c’est la « seule vraie réponse au cauchemar internationaliste » actuel, cauchemar qui ne peut mener qu’à la disparition des peuples… européens en priorité mais pas que. C’est donc, pour Arthur Kemp, « une idée véritablement révolutionnaire (et) dangereuse » pour le Système. On ne saurait lui donner tort, surtout si tous les peuples la suivaient, ce qui signifierait qu’ « une nouvelle aube se sera(it) levée ».

Ce qu’implique l’ethnonationalisme est simple : chaque peuple doit être libre chez lui, sur son territoire. Il doit pouvoir se gouverner selon ses propres règles (le fameux droit à l’autodétermination de l’ONU) mais aussi gérer, protéger et éduquer les siens en suivant son modèle. Cette identité affirmée et basée sur le sang rejette l’ « universalité de la gauche », le « nationalisme civique » (en d’autres termes l’assimilation culturelle) promu par la droite et le mélange de ces deux tares qui est la base « dont se sert le capitalisme mondial pour justifier l’exploitation sans frontières »… et bien sûr pour justifier le modèle multiculturaliste et l’immigration de masse qui tuent les pays blancs. En effet :
« Le multiculturalisme et le nationalisme civique ignorent la réalité démographique du taux de natalité supérieur des immigrés du tiers monde. Ce taux conduira inéluctablement à la submersion et à la destruction des peuples autochtones européens. »

C’est bien pour cela que « mettre un terme à l’immigration du tiers monde ne suffira pas ». Non, « il faudra procéder à une remigration massive. » D’autant que face à « l’échec du multiculturalisme » (société où plusieurs cultures cohabiteraient harmonieusement) constaté même par Merkel et Sarkozy, nos ennemis réclament toujours plus d’intégration et d’assimilation à « notre » culture. Ils veulent certes des immigrés, mais des immigrés intégrés, ayant abandonné leurs us et coutumes, donc leur identité, en vertu d’un nationalisme civique et culturel encore plus dangereux que le multiculturalisme ! En France, ce nationalisme civique prend corps dans « les valeurs de la République » claironnées par politiciens et médiats et qui uniraient dans une nation fantasmée Michel et Fatima, Fatou et Fernand, Tchang et Raymonde.

Devant les périls courus par notre race, nous nous devons d’être les missionnaires de l’ethnonationalisme. Pour cela, il convient de savoir argumenter en faveur de cette revendication somme toute bien modérée et concédée depuis des lustres aux peuples de couleur… Ce texte militant sera une aide précieuse ; il présente maints arguments simples et efficaces ainsi que des ripostes aux attaques qui sont faites au sujet de tout ce qui touche les races, les peuples et les identités. La partie ne sera pas si difficile ! Soyons objectifs : l’idée de préservation des peuples et des cultures est plus en vogue qu’on ne le croît souvent. De plus, l’ethnonationalisme considère que « tous les peuples, toutes les races ont droit à une égale dignité et à un égal respect »…

Ce programme anti-mondialiste et emprunt d’une forte dose de positivité se veut un remède au fatalisme et un outil militant simple et efficace. Il trouvera à coup sûr un écho chez ceux qui ont compris les vrais défis de notre temps et savent que la préservation de notre race est LE combat majeur.

Rüdiger,

pour le Cercle Non-Conforme

separateur

Conseils de lecture :

face-couverture-remigration-vincent-vauclin

Face-couverture-Minuit

Rédigé par Dissidence Française

www.la-dissidence.org

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s