Vendredi 11 Novembre, la section parisienne de la Dissidence Française a organisé une marche dans la forêt de Carnelle, dans le Val d’Oise.

Après avoir rendu hommage à nos poilus devant le monument aux morts de Presles, le groupe est ensuite parti vers le Nord à travers bois pour découvrir la Pierre Turquaise datant du néolithique.

Nous avons ensuite rallié l’Étang Bleu un peu plus tard pour casser la croûte et profiter du soleil tout en discutant avec les quelques promeneurs, curieux de voir nos étendards flotter au vent.
Notre initiative leur a plu !

Nous voulions établir le campement sur place, mais la Providence nous a préservé d’un drame, puisqu’une demi-heure après avoir levé le camp pour installer nos tentes un peu plus haut dans la forêt, un énorme arbre mort s’abattait, pile là où nous avions déjeuné et où nous devions rester pour la nuit. Nous avions alors du bois pour toute la soirée, et même pour le lendemain ! Heureusement, d’ailleurs, car nous avons dû entretenir le feu jusqu’à tard dans la nuit pour résister aux -4 degrés.
Les augures étaient bonnes !

Des rations de combat, saucisson, marinade de poulet, du bon vin et les lectures de Poèmes de Fresnes de Brasillach, avant de refaire le monde, nous ont tenu éveillés près du feu.

Le lendemain, après avoir fait griller les châtaignes, nous sommes reparti vers la grise capitale, ragaillardis par ce périple sylvestre.

Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend !

Le bilan en images :

separateur

Notre Mouvement :

Rédigé par Dissidence Française

www.la-dissidence.org

2 commentaires

  1. Chère Dissidence,

    Merci pour ce que vous faites! La Forêt, le Frexit, les tournées vers les SDF, le nettoyage des plages… Ce sont bien de telles actions qui révèlent l’authenticité d’une dissidence digne de ce nom.

    Je ne peux commenter davantage, mais bonne continuation, et amicales salutations à l’armée du Très-Haut,

    Mara (Genève) _._._._

  2. Le recours aux forêts, c’est l’autre titre du Traité du Rebelle » de Ernst Jünger. Je cite :
    Le recours aux forêts renferme un nouveau principe de défense. Il est possible de s’y exercer, qu’il existe ou non des armées organisées. On devra reconnaître dans tous les pays…la nécessité de s’y préparer. Les grandes armes ne peuvent être construites et employées que par les colosses politiques. Le recours aux forêts peut être opéré par la plus petite des minorités et même par un seul individu. Il est la réplique que doit lancer la liberté. Et elle garde le dernier mot. Le recours aux forêts entretient avec la liberté des rapports plus étroits que tous les armements : en lui survit la volonté première de résistance. Aussi seuls des volontaires y seront aptes. Ils se défendront quoiqu’il advienne, que l’État les instruise, les équipe et les mobilise ou non. »
    Tout l’esprit de votre engagement, tout le sens de votre action sont là.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s