Émeutes urbaines à Nantes : la faillite du « vivre-ensemble »

Communiqué de la Dissidence Française

Hier soir à Nantes, un individu recherché pour une affaire de vol en bande organisée et de recel a tenté de se soustraire à un contrôle de police et a été abattu alors qu’il tentait de prendre la fuite, à bord d’un véhicule également surveillé par les services de la PJ de Nantes dans le cadre d’une affaire de trafic de stupéfiants. Peu après cet évènement, trois quartiers de Nantes ont été le théâtre de scènes de guérilla urbaine, où des jeunes cagoulés s’en sont pris aux forces de l’ordre et ont incendié véhicules et mobiliers urbains jusqu’au milieu de la nuit. Près de 200 policiers et gendarmes ont dû être mobilisés pour rétablir un semblant d’ordre.

Ces évènements témoignent du climat de tension extrême qui règne dans les « quartiers sensibles » où tout peut basculer en quelques heures, et viennent s’ajouter aux affaires de violences, de trafics et d’agressions qui sont le quotidien de ces zones de non-droit où prospère une criminalité endémique et un communautarisme hors de contrôle.

Treize ans après la vague d’émeutes urbaines de 2005 qui avait embrasé la France, rien n’a été fait pour restaurer l’ordre dans ces quartiers ni pour lutter contre l’insécurité et la délinquance. Pire : dans la plupart des quartiers, la situation s’est aggravée et on compte aujourd’hui plus de 750 « Zones Urbaines Sensibles » (ZUS) livrées à la loi des trafiquants et du crime organisé. Au-delà des questions strictement sécuritaires, ces violences témoignent d’une véritable fracture ethno-culturelle et d’un processus de sécession communautariste qui sont le résultat de décennies d’immigration incontrôlée, de laxisme judiciaire et d’échec total de la politique républicaine d’assimilation et d’intégration.

Le problème n’est donc plus seulement sécuritaire : c’est bien l’intégrité du territoire national et la permanence de l’État qui sont en jeu, et qui exigent des réponses fermes et immédiates. Dans son programme, la Dissidence Française a formulé des propositions claires dont l’application immédiate représente la seule alternative à la crise et à l’implosion inéluctable de la société multiculturelle :

  • application de la tolérance zéro, fin de l’automaticité des remises de peines, rétablissement des peines planchers ;
  • augmentation des moyens des forces de l’ordre et de la justice ;
  • expulsion immédiate des délinquants étrangers et binationaux ;
  • guerre totale contre la drogue, sanctions alourdies contre les trafiquants, les dealers et les consommateurs ;
  • lutte contre le communautarisme islamiste ;
  • rétablissement des contrôles aux frontières, fin de l’immigration massive, application de la préférence nationale et organisation d’une vaste politique d’inversion des flux migratoires (remigration).

Pour la France et les Français d’abord ! 

Auteur : Dissidence Française

www.la-dissidence.org

Un commentaire

  1. Il n’y a pas à proprement parler de faillite puisque le « vivre-ensemble » est un mythe visant avant tout à déstabiliser la société française. Il y a une rencontre brutale avec la réalité, la même semaine où les forces de polices à peine orientées idéologiquement, démantelaient un dangereux réseau d’ultra-droite composé de pépés qui n’en peuvent plus de cette idéologie merdique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s