Retour des djihadistes : l’arbre qui cache la forêt

Communiqué de la Dissidence Française

Alors que les dernières forces de Daesh sont acculées, la polémique enfle autour du retour en France des djihadistes qui ont quitté le territoire national pour aller combattre en Syrie, et qui sont aujourd’hui détenus captifs par les forces arabo-kurdes.

Car si ces djihadistes, qui ont pris les armes contre la France, sont à considérer comme des ennemis de la Nation engagée dans la guerre contre le terrorisme et doivent être traités comme tel, il faut avoir le courage de dire que leur radicalisation terroriste témoigne avant tout de la faillite du multiculturalisme, du « vivre-ensemble » et de la politique d’assimilation républicaine.

Ainsi, au-delà de la polémique médiatique qui – à l’instar de celles sur le voile, le hijab et la burqa – offre aux démagogues de la fausse droite l’occasion de feindre une posture de fermeté pour faire oublier leurs reniements passés, l’enjeu véritable est celui du Grand Remplacement et de l’islamisation rampante de la société qui est son corollaire.

Les chiffres sont accablants :

  • entre 1999 et 2011, la part de la population d’origine étrangère en France a augmenté de 2,4 millions, se situant en 2011 à 12,3 millions, soit une augmentation de 25% en douze ans (M. Tribalat) ;
  • 2 personnes sur 5, soit 40% de la population vivant en France, sont issues de l’immigration sur 3 générations (estimation INED, 2018) ;
  • en Seine-Saint-Denis, l’islam est devenu la première religion pratiquée, l’ancien préfet Philippe Galli dénombrait 700 000 musulmans vivant dans le 93 ;
  • le nombre de mosquées en France est passé de 150 en 1976 à 2400 en 2015 (Ministère de l’Intérieur, 2015) ;
  • le nombre de clandestins présents sur le territoire national dépasse les 300 000 (Ministère de l’Intérieur, 2017)
  • la France compte plus de 750 ZUS (Zones Urbaines Sensibles, où dealers et prêcheurs salafistes font la loi), où vivent plus de 5 millions de musulmans (Ministère de l’Intérieur, 2015) ;
  • la contagion salafiste concernerait près de 60 000 adeptes et 130 lieux de culte (rapport du Sénat, 2018) ;
  • en 3 ans, la France a connu 14 attaques terroristes abouties, 17 attentats déjoués, 66 projets terroristes évités, et 246 morts. Depuis 2015, le nombre de victimes du terrorisme islamiste s’élève à 2305 victimes blessées (rapport du Sénat, 2018).

En somme, le constat est clair : l’immigration massive est le cheval de Troie du djihadisme en Europe. Il faut tuer le multiculturalisme avant qu’il ne nous tue !

Face au terrorisme islamiste et à l’invasion migratoire, seule la Dissidence Française propose :

  • le rétablissement intégral et permanent du contrôle aux frontières, la suspension des Accords de Schengen, l’abolition du droit d’asile et du regroupement familial ;
  • l’expulsion systématique des immigrés clandestins et des prétendus demandeurs d’asile présents sur le territoire national ;
  • la lutte contre les filières d’immigration clandestine en coopération avec les États d’Afrique du Nord, et l’obligation d’effectuer les demandes de visas ou de titres de séjour depuis le pays d’origine, et non sur le territoire national ;
  • la réforme du code de nationalité, l’abolition du droit du sol, la réintroduction du droit du sang pour l’acquisition de la nationalité Française ;
  • l’expulsion systématique des étrangers ou binationaux ayant commis un crime ou un délit sur notre territoire ces 10 dernières années, la déchéance immédiate de nationalité pour les individus reconnus coupables d’entreprise terroriste ;
  • la lutte contre l’islamisation, en refusant les financements publics ou étrangers des mosquées, et en fermant les mosquées où sévissent les prêcheurs salafistes ;
  • l’instauration immédiate de la préférence nationale, en réservant en priorité les offres d’emplois, de logements, de formation et d’allocations sociales aux Français et non aux étrangers ;
  • l’interdiction d’accoster en France pour les navires affrétés par des ONG immigrationistes et transportant des immigrés clandestins ;
  • le renforcement des sanctions pour les entreprises qui emploient des immigrés clandestins et l’application systématique du délit d’aide au séjour irrégulier.

Pour la France et les Français d’abord !


Auteur : Dissidence Française

www.la-dissidence.org

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s