Casse de l’École : Blanquer coupable, Macron responsable !

Communiqué de la Dissidence Française

Plus de 12 millions d’élèves font leur rentrée scolaire cette semaine. Mais après le fiasco de la réforme du baccalauréat et alors que la violence et le communautarisme se développent en milieu scolaire, des centaines de communes de France et des milliers de parents d’élèves poursuivent leur mobilisation contre les fermetures de classes et d’écoles imposées par le gouvernement : plus de 400 établissements et des milliers de classes sont ainsi concernés  par ces fermetures et les « regroupements pédagogiques concentrés » (RPC).

Au-delà des logiques comptables, c’est d’abord au nom d’une scandaleuse préférence étrangère que le ministre Blanquer fait le choix de transférer les moyens des zones rurales vers les REP (Réseaux d’Éducation Prioritaire) des grandes agglomérations qui bénéficient pourtant déjà des milliards d’euros de la « politique de la ville ». Les zones rurales sont ainsi devenues les variables d’ajustement budgétaire d’une folle, coûteuse et inutile politique d’intégration des enfants d’immigrés. Car à l’heure de l’explosion du communautarisme et de la faillite du modèle d’assimilation républicaine, ce ne sont pas quelques milliards d’euros supplémentaires qui pourront suffire à combler la fracture ethno-culturelle qui s’accroît dans notre pays et qui s’accompagne d’un processus inexorable de ghettoïsation et de sédition communautariste.

Comme si cela ne suffisait pas, la politique éducative de Jean-Michel Blanquer et du gouvernement Macron – dans la lignée de celle de Najat Vallaud-Belkacem et du gouvernement précédent – fait passer l’enseignement des fondamentaux derrière le nivellement, le formatage et l’endoctrinement idéologique des élèves, à grands renforts de « pédagogie inclusive », de « sensibilisation antiraciste » et de « théorie du genre ». Alors que le niveau intellectuel et culturel s’effondre et que nombre d’élèves arrivent au lycée en sachant à peine lire et écrire, le gouvernement Macron fait le choix délibéré d’instrumentaliser l’École à des fins idéologiques.

Face à ces défis et ces dérives, seule la Dissidence Française propose :

  • de mettre un terme aux fermetures de classes et d’établissements dans les zones rurales et de réaffecter les milliards de la politique de la ville à la lutte contre la désertification des campagnes ;
  • d’attaquer le mal du communautarisme à la racine, en stoppant immédiatement les flux migratoires, en abrogeant le droit du sol, le droit d’asile et le regroupement familial, et en organisant la remigration ;
  • de recentrer la politique éducative sur l’enseignement des fondamentaux et de l’Histoire de France, et sur la sensibilisation au patriotisme et au civisme dès l’école primaire ;
  • de rendre au baccalauréat sa qualité de diplôme sélectif sanctionnant une formation complète et solide et préparant véritablement à l’entrée dans le monde de l’enseignement supérieur ;
  • de revaloriser les filières d’apprentissages et les métiers manuels ;
  • d’encourager le port de l’uniforme à l’école, du primaire jusqu’au secondaire.

Pour la France et les Français d’abord !


Auteur : Dissidence Française

www.la-dissidence.org

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s