Communiqué de la Dissidence Française 

Un document dévoilé cette semaine par Le Point révèle que le gouvernement Macron prépare un plan de « lutte contre le communautarisme et la sédition islamiste ». L’élaboration d’un tel plan gouvernemental est un aveu : oui, le processus de sédition communautariste et islamiste à l’oeuvre dans les banlieues, et que nous dénonçons depuis plusieurs années, est une réalité qui témoigne de la famille intégrale de la politique d’assimilation républicaine et des conséquences dramatiques que font peser sur la société française les décennies de laxisme judiciaire et migratoire dont tous les gouvernements, depuis 40 ans, se sont rendus complices.

Si nous ne pouvons que nous féliciter d’une prise de conscience, bien que très tardive, des dangers que font peser sur notre pays l’essor du communautarisme immigré et le développement de l’intégrisme islamiste, nous devons dénoncer l’imposture des solutions qui sont avancées pour y remédier.

Car plutôt que de tarir la source du communautarisme – l’immigration massive et incontrôlée – et d’appliquer la tolérance zéro contre les dealers, les délinquants et les islamistes qui prospèrent dans les quelques 750 Zones Urbaines Sensibles dénombrées par le Ministère de l’Intérieur, le gouvernement Macron se contente d’une énième déclinaison de la « politique de la ville » qui se traduira dans les faits par l’injection de milliards d’euros de subventions supplémentaires dans les quartiers immigrés et par une nouvelle étape dans la mise en oeuvre de la « discrimination positive », c’est-à-dire dans l’octroi de facilités d’accès à l’emploi, à la formation professionnelle, au logement et aux prestations sociales aux immigrés plutôt qu’aux Français – et notamment aux jeunes de la France périphérique.

En témoignent ainsi les déclarations d’Emmanuel Macron qui, en déplacement à Mulhouse, a déjà annoncé le lancement d’une nouvelle campagne de « lutte contre les discriminations » impliquant à la fois les entreprises et les services publics, et qu’une nouvelle augmentation des crédits octroyés aux associations qui agissent dans les banlieues et qui dissimulent, bien souvent, des activités communautaires.

Alors que les derniers chiffres des demandes d’asile pour l’année 2019 font état d’une augmentation de 7,3% des demandes en un an, avec près de 135 000 demandeurs d’asile, auxquelles il convient d’ajouter 40 000 autres demandes déposées en préfectures (procédure de Dublin), et que le budget spécifique consacré à l’immigration augmente lui de 10%, et dépasse désormais les 1,8 milliards d’euros, auxquels s’ajoutent près de 2 milliards à la charge des départements, le gouvernement Macron se refuse toujours à agir contre l’invasion migratoire de notre pays, et se contente de multiplier de répéter les recettes inefficaces, coûteuses et contre-productives du siècle dernier.

Face à ce processus d’effacement identitaire, de sédition communautariste et de remplacement démographique, seule la Dissidence Française propose :

  • Le rétablissement permanent des contrôles aux frontières, la suspension des Accords de Schengen, l’abolition du droit d’asile et du regroupement familial ;
  • L’instauration immédiate de la préférence nationale, en réservant en priorité les offres d’emplois, de logements, de formations et d’allocations sociales aux Français et non aux étrangers ;
  • L’expulsion systématique des clandestins, des demandeurs d’asiles et des délinquants étrangers ou binationaux présents sur le territoire national ;
  • La suppression de l’A.T.A., de l’A.M.E. et des allocations destinées aux clandestins et demandeurs d’asile ;
  • La réforme du code de la nationalité, impliquant l’abolition du droit du sol et la réintroduction de la prééminence du droit du sang pour l’acquisition de la nationalité française ;
  • La dissolution des associations immigrationnistes ou communautaristes et l’application des peines concernant l’aide au séjour irrégulier et l’emploi de travailleurs clandestins ;
  • L’interdiction des financements publics ou étrangers des mosquées et l’interdiction des associations liés aux réseaux islamistes internationaux ;
  • L’organisation sans délai d’une grande politique de remigration par l’aide au retour des immigrés dans leurs pays d’origine ;
  • L’application de la tolérance zéro dans les banlieues, lancement d’une guerre totale contre la drogue, les dealers et les trafiquants ;
  • Le rétablissement des peines planchers et suppression de l’automaticité des remises de peines ;
  • L’augmentation des moyens et les effectifs des forces de l’ordre ainsi que du nombre d’établissements pénitentiaires ;
  • L’instauration de la déchéance de nationalité pour les crimes et délits graves, notamment terroristes.

Pour la France et les Français d’abord !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :